OM-PSG: Les Marseillais, tout penauds, s'excusent après une raclée record

FOOTBALL S'il faut envoyer 65.252 petits mots d'excuses, ils sont pas sortis du sable...

Jean Saint-Marc

— 

Dimitri Payet a été, comme toute l'équipe, en grande difficulté face au PSG.
Dimitri Payet a été, comme toute l'équipe, en grande difficulté face au PSG. — B. Langlois / AFP

Le record d’affluence : battu, avec 65.252 spectateurs. Le record de décibels, enregistré lors d’une petite animation d’avant-match (un peu ridicule, soit dit en passant) : battu lui aussi. Et le record de la plus large défaite dans un Classico  à domicile ? Hé oui, battu par ce triste 1-5 : jamais les Marseillais n’avaient encaissé cinq buts parisiens au Vélodrome. Et cela fait 64 ans qu’ils n’avaient pas pris une telle raclée à la maison.

A raclée record, réaction record. Patrice Evra, qui depuis son arrivée avait plutôt snobé  la zone mixte, s’est arrêté quatre fois (!) devant les micros pour analyser la lourde défaite de son équipe face à Paris. Et, donc, pour s’excuser :

« Paris a été au-dessus sans même forcer. J’assume, et c’est pour ça que je m’arrête. Les supporters demain vont se faire chambrer. Je suis désolé pour eux, ils ont mis l’ambiance. On n’a pas respecté l’OM. Il faut sortir la tête basse, et bien basse. Mais le projet ne se joue pas sur ces trois points. »

>> A lire aussi : Revivez l'écrasante victoire des Parisiens dans ce Classico (1-5)...

Même registre, même champ lexical et même contrition pour Rudi Garcia, qui a eu un peu de mal à expliquer la défaite. « Les seuls qui ont été à la hauteur, ce sont nos 66.000 supporters. On a pris deux buts d’entrée, sur des situations qu’on avait pourtant travaillées. On a été trop passifs, trop naïfs. » « Paris était supérieur, c’est sûr, mais on aurait pu montrer autre chose », a ajouté Dimitri Payet, conscient qu’il faut vite digérer « cette pilule » (sic).

L’OM lave son linge sale en famille

« On va rester soudés, rester unis », a ajouté le milieu offensif… Et là non plus, ce n’était pas le premier à nous le dire… Clairement, c’était le message d’après-match dans le vestiaire : « les gars, faut pas commencer à se dézinguer les uns les autres devant les médias » (on schématise, hein). « Il ne faut pas se dire tel but, untel aurait dû faire ça, lui il aurait dû faire ça », a précisé Tonton Pat'.

Et c’est par un silence que Rod Fanni nous a confirmé que le mot d’ordre avait bel et bien été celui-là : le défenseur évoquait le « manque d’engagement » de l’équipe quand un confrère l’a relancé. « Comment expliquer ce manque d’engagement ? » Et là, Rod, qui venait de commencer l’interview, s’interrompt et s’en va : « je ne veux pas rentrer dans les détails. » L’OM  lave son linge sale en famille : on en saura pas plus.