Macron sur l'Algérie française: « En tant que fille de rapatriée, ces propos m'ont choquée », affirme Valérie Boyer

INTERVIEW La députée de Marseille appelle à manifester ce lundi contre les propos d'Emmanuel Macron qui avait qualifié la colonisation française de « crime contre l'humanité » ... 

Mathilde Ceilles

— 

La députée UMP Valérie Boyer débat à l'Assemblée nationale
La députée UMP Valérie Boyer débat à l'Assemblée nationale — CHESNOT/SIPA

La députée des Bouches-du-Rhône et porte-parole de François Fillon coorganise ce lundi à 17 heures devant le monument de l’Hélice à Marseille une manifestation contre les propos d’Emmanuel Macron. Le candidat d’En Marche avait qualifié la colonisation française en Algérie de « crime contre l’humanité ».

Pourquoi organiser cette manifestation ?

En tant que fille de rapatriée, ces propos m’ont choquée. J’étais à Paris quand il a prononcé ces mots. J’ai eu ma mère au téléphone. Elle était bouleversée, elle en tremblait d’émotion. Jusqu’à quand va durer cette haine ? Emmanuel Macron ne peut pas ignorer la signification de « crime contre l’humanité ». Ce n’est pas digne d’un homme politique, alors d’un chef d’Etat, n’en parlons pas… Macron est un homme dangereux qui dit ce qu’on a envie d’entendre. Il est insupportable de tenir de tels propos quand on prétend vouloir être  président de la République.

Vous êtes également porte-parole de François Fillon. N’y a-t-il pas là un opportunisme politique ?

Cette manifestation est organisée par un collectif que l’on a récemment créé, « Pour la mémoire et le respect des Français. ». J’appelle à manifester, ainsi que Guy Tessier (député les Républicains des Bouches-du-Rhône, ndlr), mais ce collectif regroupe une cinquantaine d’associations transpartisanes. Se joignent à nous des associations d’anciens combattants comme la Fnaca qui est une association de gauche. C’est un collectif très large, on se fiche de l’étiquette politique des gens.

De plus, je suis engagée sur ces questions de mémoire depuis plusieurs années et ce sont des problématiques que je connais bien pour avoir travaillé dessus sur le plan législatif. (Valérie Boyer a présenté et fait adopter à l’Assemblée un texte réprimant la contestation de l’existence des génocides reconnus par la loi).

>> A lire aussi : Propos de Macron sur la colonisation: «La qualification de "crime contre l’humanité" est juste d’un point de vue moral»

Pourquoi alors réagir plus d’une semaine après qu’Emmanuel Macron a donné cette interview ?

C’étaient les vacances scolaires, c’était difficile de trouver une date….. De nombreux élus comme Dominique Tian (député Les Républicains des Bouches-du-Rhône) ont répondu présents à cet appel et beaucoup étaient contents qu’il y ait une mobilisation. Cela fait 55 ans que ça dure, cette façon d’instrumentaliser le récit national. Il y en a marre !

>> A lire aussi : Présidentielle: A Toulon, Emmanuel Macron s'excuse après ses propos sur la colonisation