Projet d'attentat: On en sait un peu plus sur les trois suspects

FAITS DIVERS Leur garde à vue se poursuit à la DGSI... 

C.C avec AFP

— 

Les locaux de la DGSI à Levallois-Perret.
Les locaux de la DGSI à Levallois-Perret. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Les trois suspects arrêtés mardi 21 fevrier, soupçonnés de vouloir commettre une action violente, étaient toujours entendus par les enquêteurs qui tentent de connaître leurs motivations. Les trois hommes, âgés de 19, 27 et 31 ans, ont été arrêtés mardi à Marseille, Clermont-Ferrand et dans le Val-de-Marne, onze jours après un coup de filet antiterroriste dans l’Hérault.

>> A lire aussi : Trois hommes soupçonnés de projeter un attentat arrêtés à Clermont-Ferrand, Marseille et en région parisienne

Deux hommes et une adolescente avaient été arrêtés le 10 février dernier, suspectés de préparer un attentat « imminent », selon le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux. Les enquêteurs avaient retrouvé lors des perquisitions quelques dizaines de grammes de TATP, un explosif artisanal prisé des jihadistes, et du matériel utilisé pour la fabrication d’engins explosifs.

Des liens avec les suspects arrêtés dans l’Hérault 

Selon les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme de 19 ans, domicilié à Marseille, était en lien avec le plus âgé des suspects interpellés dans l’Hérault, Malik Hammami, 33 ans, sans que ne soit précisé la nature de leurs contacts.

>> A lire aussi : Attentat déjoué à Montpellier: «On est loin d’imaginer qu’une connexion Internet peut aller jusque-là», confie la mère de Sara

Les trois hommes arrêtés mardi, très actifs sur les réseaux sociaux, étaient surveillés par les services antiterroristes. Selon plusieurs sources proches de l’enquête, ils avaient évoqué dans des conversations en ligne des projets d’actions violentes. Une enquête préliminaire avait été ouverte début janvier par le parquet de Paris.

Ils s’étaient rencontrés à Marseille

Ils avaient fait part de leur volonté « de partir en Syrie ou à défaut de commettre une attaque en France », sans pour autant qu’une cible précise n’ait pu être déterminée à ce stade, selon l’une des sources.

>> A lire aussi : Mossoul: Un ancien détenu de Guantanamo aurait commis un attentat-suicide pour Daesh

Les trois hommes, qui avaient fait connaissance sur les réseaux sociaux, s’étaient rencontrés à Marseille fin janvier. Deux d’entre eux, les suspects domiciliés à Marseille et à Clermont-Ferrand, étaient connus des services spécialisés pour leur appartenance à la sphère salafiste jihadiste, selon la même source.

Ils avaient prévu de « se mettre au vert »

L’enquête s’est accélérée le 10 février, dans la foulée du coup de filet dans l’Hérault lorsque les policiers ont repéré un message du suspect arrêté à Marseille préconisant à ses deux amis de « se mettre au vert », a relaté la source proche de l’enquête.

>> A lire aussi : Abdelghani, le frère de Mohamed Merah, marche contre l’intégrisme religieux

Lors des perquisitions menées mardi, aucun explosif n’a été retrouvé. Les enquêteurs ont saisi deux gilets tactiques, une grenade d’exercice, un couteau et deux armes Airsoft (kalachnikov et fusil à pompe), de la documentation liée au groupe Etat islamique et des supports numériques, toujours en cours d’exploitation, selon la même source.