Marseille: Ségolène Royal veut relancer un projet pour réhabiliter l'étang de Berre

ENVIRONNEMENT Elle devrait se rendre très prochainement sur les lieux pour annoncer des mesures…

C.C avec AFP
— 
L'Etang de Berre.
L'Etang de Berre. — PASCAL POCHARD-CASABIANCA

La ministre de l’Environnement a annoncé ce mardi à l’Assemblée nationale son envie de voir émerger un projet autour de  l’étang de Berre (Bouches-du-Rhône), vaste lagune dégradée par l’industrialisation et l’urbanisation.

>> A lire aussi : Bouches-du-Rhône: L'étang de Berre, de poubelle industrielle à joyau du patrimoine de l'Unesco ?

Des décisions annoncées rapidement ?

« J’ai demandé au préfet de réunir les parties prenantes - Port de Marseille, Agence de l’eau, élus et entreprises concernés - pour arrêter définitivement un prix précis des travaux qui sont à faire », a-t-elle dit. « Je diligenterai dès la semaine prochaine une inspection générale pour que nous y voyons très clair sur cette évaluation », ajoutant qu’elle se « rendrait sur place pour annoncer les décisions définitives ».

L'Etang de Barre se situe au nord-ouest de Marseille.
L'Etang de Barre se situe au nord-ouest de Marseille. - Capture écran

Depuis des années est prévue la réouverture du tunnel du Rove, qui, percé sous la chaîne de l’Estaque, permettait de relier la rade phocéenne à l’étang, jusqu’à sa fermeture en 1963 après un effondrement. Objectif : réalimenter l’étang en eau de mer et ainsi améliorer sa qualité et sa salinité.

>> A lire aussi : Bouches-du-Rhône: Lancement d'une étude sur la pollution de l'air autour de l’Étang de Berre

Des travaux à l’arrêt

En 2013, le financement de ces travaux de 8 millions d’euros (partagé entre Etat et collectivités) était acté. Mais « trois ans plus tard, le maître d’ouvrage désigné par l’Etat faisait connaître une étude de faisabilité triplant la note », a dit à l’Assemblée le député (app. PRG) de la région, Jean-Pierre Maggi.

Ségolène Royal a réaffirmé le « caractère exceptionnel de l’étang de Berre », « plus grand étang salé d’Europe » (155 km2, une fois et demi Paris), terre d’accueil de 50.000 oiseaux l’hiver.

>> A lire aussi : Fos-sur-Mer: Trois fois plus de cancers qu'ailleurs en France