Marseille: Après 26 ans de prison, le commanditaire de l'assassinat du juge Michel va être libéré

JUSTICE François Gérard, dit « Le Blond », portera un bracelet électronique…

Clément Carpentier

— 

François Gérard en 2004 au tribunal de Tarascon.
François Gérard en 2004 au tribunal de Tarascon. — BORIS HORVAT

C’est une nouvelle qui va raviver les mémoires françaises. Plus de 35 ans après l’assassinat très médiatique du juge Pierre Michel à Marseille, François Gérard, considéré comme le commanditaire de celui-ci, va sortir de prison. La cour d’appel de Riom a accepté sa demande de libération conditionnelle, rapporte La Provence.

>> A lire aussi : 34 tués par balles lors de règlements de compte en 2016 à Marseille ? «C'est inexact» répond le préfet de police

Il nie toujours les faits mais juge « sa condamnation légitime »

Selon les magistrats, « Le Blond » nie toujours les faits mais « reconnaît qu’il était informé du projet et admet que sa condamnation était légitime. » En 1988, François Gérard avait été condamné à la perpétuité avec 18 ans de sûreté pour « complicité d’assassinat. » Pendant sa détention, il aura connu les prisons de Fresnes, Clairvaux et Moulins-Yzeure.

Le juge Pierre Michel lors du reconstitution en 1979.
Le juge Pierre Michel lors du reconstitution en 1979. - GERARD FOUET

En 2005, sa peine avait été suspendue pour cause de maladie mais il avait replongé dans la drogue dès 2009 et écopé de 10 ans de prison. Aujourd’hui, il vit seul dans sa cellule à la prison de Moulins. Il souffrirait d’un cancer et son état est « très dégradé entraînant un risque vital certain et obérant de façon très importante l’espérance de vie de l’intéressé ».

Condamné au silence

François Gérard va être libéré mais devra porter un bracelet électronique. Il reste interdit de séjour en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans l’Hérault et n’a évidemment pas le droit de rencontrer ses anciens complices. Enfin, autre interdiction, celui qui résidera en Gironde n’a pas le droit de raconter ses mémoires à travers une production littéraire et audiovisuelle.

>> A lire aussi : Des enfants de la French Connection impliqués dans un trafic de drogue

On rappelle que le juge Pierre Michel a permis le démantèlement de la « French Connection », un vaste trafic de cocaïne entre la France et les Etats-Unis dans les années 1960 et 1970. Son combat lui a coûté la vie, le 21 octobre 1981.