VIDEO. «On ne peut pas cautionner qu'un chien se prenne des tartes dans la gueule» proteste le Varois Eric Tramson de la FFPAnimale

ANIMAUX Une vidéo met en cause les traitements d'un éducateur envers un chien dans un club canin des Alpes-Maritimes ... 

Propos recueillis par Mathilde Ceilles

— 

Eric Tramson,  Délégué chargé du Pôle Education Comportement Canin au sein de la FFPAnimale
Eric Tramson, Délégué chargé du Pôle Education Comportement Canin au sein de la FFPAnimale — Eric Tramson

C'est une séquence qui a fait bondir la fédération française de la protection animale ( FFPAnimale ). On y voit un chien muselé recevoir plusieurs claques dans un club canin des Alpes-Maritimes. Le Varois Eric Tramson, délégué chargé du Pôle Education Comportement Canin au sein de l'associaiton, revient sur ces images qui l'ont conduit  à lancer une pétition, et à déposer plainte auprès du tribunal de Draguignan. 

Comment avez-vous découvert cette vidéo ? 

Cette séquence a été tournée il y a trois semaines par une ancienne cliente (Eric Tamson est éducateur canin, ndlr). Elle s'est rendue dans un club canin des Alpes-Maritimes avec son chien qui a des problèmes de socialisation. Le pire, c'est que l'éducateur savait qu'il était filmé. Et à la fin de la vidéo, on peut voir qu'il est entouré de dizaines de personnes, et aucun d'entre eux ne réagit. 

>> A lire aussi : Paris: Un chien de combat maltraité, sauvé grâce aux réseaux sociaux

Pour quelles raisons avez-vous porté plainte ? 

Cette vidéo est choquante. On ne peut pas cautionner qu'un chien, qui plus est muselé, se prenne des tartes dans la gueule. L'éducateur canin le saccade violemment. La FFPAnimale a donc déposé une plainte auprès du tribunal de Draguignan pour maltraitance. L'éducateur reste toutefois présumé innocent, nous souhaitons que la justice fasse son travail. 

>> A lire aussi : Le Parlement reconnaît que les animaux sont doués de sensibilité

L'idée est de dénoncer ce genre de dérives dans le monde animalier. Nous voulons que les métiers de ce secteur soient davantage encadrés. Savez-vous qu'aujourd'hui, pour se dire dresseur de chien ou pour ouvrir sa pension, il suffit de se rendre sur le site de la société centrale canine, de payer quelque centaines d'euros et de suivre une formation de trois jours ? C'est scandaleux ! Nous appelons le législateur à s'emparer de ce problème. Ca suffit ! 

Pourquoi avoir adressé une pétition au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll ? 

Il faut donner un bon coup de pied dans la fourmillière. L'Etat est obligé de prendre en considération ce qui se passe. Je rencontre dans quelques jours Olivier Audibert-Troin (député Les Républicains du Var), car il faut faire quelque chose. Il y a autour du traitement des chiens une véritable omerta car c'est un milieu qui brasse énormément d'argent. 

Avez-vous des nouvelles de ce chien ? 

Dieu soit loué, il n'a rien, il n'est pas blessé. Le chien est toujours avec sa propriétaire, et l'association se charge à présent de son éducation. Il n'a aucune séquelle et fait des progrès de jour en jour. 

 

Contacté par 20 Minutes, Jean-Jacques Morbelli, président de la société canine Midi Côte d’Azur dont dépend ce club canin, dit « condamner ce type de méthode dont nous ne sommes pas du tout adeptes ». Et d’ajouter : « Nous ignorons pour le moment dans quel club cela s’est produit, nous sommes au courant depuis une semaine et menons notre petite enquête, pour ensuite donner d'éventuelles sanctions. »