«Cambrousse», bière, qualif inespérée et froid de canard... Saracens-Toulon vu par les supporters varois

RUGBY Les Toulonnais qui ont fait le déplacement à Londres ramènent dans leurs bagages une qualification et un bon rhume...

Jean Saint-Marc

— 

Leigh Halfpenny réussit la pénalité du bonus défensif
Leigh Halfpenny réussit la pénalité du bonus défensif — Huw Evans / Rex / SIPA

2.000 bornes de trajet et un petit point. Voilà le bilan du week-end (aller-retour, bien sûr) des supporters du RC Toulon qui sont allés supporter leur équipe à l’Allianz Park, face aux Saracens ce samedi. Les Toulonnais ont perdu mais ont réussi à se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe d’Europe en arrachant à Londres le bonus défensif ( 10-3).

>> A lire aussi : Rugby: Aïe aïe aïe, ça commence à sentir la fin de carrière pour Vincent Clerc

«Ça changeait du Toulon

un peu mou du début de saison»

« Malgré la défaite, j’ai levé les bras au ciel à la fin… Ce n’est pas tous les jours », sourit Jean-Paul, supporter toulonnais de 68 ans. « Ça me suffit, on était venus chercher une qualification, on l’a. Les gars se sont accrochés, ça plaquait à tour de bras… Ça changeait du Toulon un peu mou du début de saison ! »

« Avec un peu plus de réussite, avec un meilleur arbitre, on aurait gagné », complète son pote Serge, le président du club de supporters Les Bulls du RCT. Pour ce déplacement en Grande-Bretagne, il n’a pas été déçu du voyage : « un match très stressant, un froid de canard dans le stade… A la fin on était crevés ! » Si bien que la fête a été courte, nous jure-t-il. « On est Toulon quand même. On fête une victoire, un titre, pas une qualification pour les quarts ! »

Frigorifiés mais contents.
Frigorifiés mais contents. - Serge Oddo

Un stade « un peu vétuste » paumé en pleine campagne londonienne

Les Corsaires de la Rade, autre club de supporter qui faisait le déplacement (ils étaient une centaine de Toulonnais à Londres, à vue de nez) ont eux profité de l’après-match dans une bodega montée à proximité de l’Allianz Park. « La bière, surtout la Guinness, était bonne », nous glisse-t-on. C’était bien le seul point fort de ce petit stade champêtre, isolé dans la lointaine banlieue londonienne. « C’était à perpette, se marre Fabrice. Notre vol a eu du retard, on nous a mal orientés dans les transports en commun, du coup on a fini en taxi… C’était folko ! »

Jean-Claude reprend : « C’est à une grosse heure de Londres, il faut prendre un métro, une navette, marcher en pleine cambrousse pendant vingt bonnes minutes… Tout ça pour un petit stade de 10.000 places, un peu vétuste, avec des tribunes provisoires sur une piste d’athlétisme. Pour un champion d’Europe, c’est un peu surprenant ! »

Des supporters champions d'Europe fraternisent avec des supporters ex champions d'Europe
Des supporters champions d'Europe fraternisent avec des supporters ex champions d'Europe - Jennifer Vezzoso

Pour les quarts de finale, les Toulonnais visiteront un vrai stade de rugby, une belle enceinte, quoiqu’un peu moins dépaysante… Le Stade Marcel-Michelin, à Clermont.

>> A lire aussi : Rugby: «Chez eux le gros mot suprême c'est «prout»», quand Boudjellal allume Clermont