Marseille: Proxidon, l'application qui veut vraiment en finir avec le gaspillage alimentaire

SOLIDARITE Cette plateforme développée par la Banque alimentaire met directement en relation les associations et les commerçants…

Clément Carpentier
— 
Une bénévole choisit son offre sur l'application Proxidon.
Une bénévole choisit son offre sur l'application Proxidon. — Capture écran

C’est peut-être l’application qui va révolutionner l’aide aux plus démunis et surtout limiter le gaspillage alimentaire (88 millions de tonnes par an dans l’Union européenne). Elle s’appelle Proxidon. Et comme son nom l’indique, elle est destinée à faciliter le don alimentaire des petits commerces de proximité.

Le circuit court de la solidarité

La plateforme, créée par la Banque alimentaire, va être développée dans les prochaines semaines à Marseille. « Aujourd’hui, on a un souci de logistique car avec sept véhicules dans le département, on ne peut pas assurer le ramassage auprès de tous les commerces », explique Gérard Gros, le président de la Banque alimentaire des Bouches-du-Rhône.

Cette application, disponible sur smartphone mais aussi sur Internet, va régler ce problème car elle met directement en relation les commerçants et les associations sans passer par la Banque alimentaire. Et son fonctionnement est simple selon le bénévole : « Le commerçant fait un don de ses invendus sur le site. Là, un système de géolocalisation sélectionne 4 à 6 associations à proximité à qui un SMS ou mail est envoyé et celle qui répond positivement à l’offre peut venir chercher le panier. »

L'application Proxidon.
L'application Proxidon. - Capture écran

De vraies contreparties pour les commerçants 

D’une certaine manière, c’est une « ubérisation de la solidarité » pour réduire le gaspillage alimentaire. L’application en test depuis septembre dans le Rhône est « une vraie réussite. On a des très bons retours », affirme Margot Perol, la chef de projet lyonnaise. Les principaux utilisateurs sont les supérettes, les boulangeries et les primeurs.

Comment fonctionne Proxidon ?
Comment fonctionne Proxidon ? - Capture écran

En plus, c’est gagnant-gagnant entre les associations et les commerçants. Ces derniers ont beaucoup moins de déchets ce qui n’est pas négligeable avec la loi Garot (à partir de février 2017, les commerces de plus de 400m² paieront une taxe s’ils dépassent les 8 tonnes par an). Autre contrepartie, ils peuvent défiscaliser 60 % de la valeur des biens donnés.

Des centaines de tonnes de denrées supplémentaires par an 

L’application Prodixon est donc plutôt attirante. « Au départ, on devait aller chercher les commerçants. Aujourd’hui, ils viennent à nous. », se félicite Margot Perol. À Lyon, en l’espace de quatre mois, la plateforme a permis de collecter huit tonnes de denrées supplémentaires dans le Rhône avec seulement 25 commerces associés. En 2017, l’objectif est d’atteindre les 300 tonnes avec l’aide de 500 commerçants.



Dans les Bouches-du-Rhône, Gérard Gros et son équipe comptent « commencer avec 50 commerçants et 50 associations mais à moyen terme l’application sera ouverte à toutes les structures qui respectent la charte de la Banque alimentaire ». A Lyon, Margot Perol « souhaite aussi tenter l’expérience avec des agriculteurs et des restaurateurs. »