Sanson veut «aller jusqu'à la mort pour l'OM», «pas de pression» dit la direction... Voilà ce qu'on a retenu de sa présentation à la presse

RECRUE Et d'abord : il faut virer la personne qui choisit la musique à l'OM...

Jean Saint-Marc

— 

Morgan Sanson et avec le maillot de Montpellier.
Morgan Sanson et avec le maillot de Montpellier. — Loïc Venance / AFP

Jacques-Henri Eyraud ne voulait parler ni de Dimitri Payet, ni des autres dossiers de ce mercato d’hiver, ni de Dimitri Payet. Mais vraiment pas. « C’est la soirée de Morgan Sanson », a précisé le président de l’OM, tout fier de présenter un joli Powerpoint (que les 9.000 supporters connectés sur le site du club auront attendu près d’une heure et demie… En subissant les pires morceaux de reggaeton de ces cinq dernières années).

>> A lire aussi : On s'est bien foutu de lui, mais Florian Thauvin n'aurait-il pas enfin gagné le respect?

Les bullet points sont donc à la mode à l’OM. On va donc vous résumer, dans le désordre, ce qu’on a retenu de cette présentation à la presse du jeune milieu de terrain de 22 ans, recruté pour douze millions d’euros (neuf + trois de bonus).

  • Méga surprise, Morgan Sanson est très content de signer à l’OM, c’est un nouveau cap pour lui, il est très ambitieux, il va travailler très dur (voilà pour la langue de bois).
  • Il ira même « jusqu’à la mort pour ce club ». N’exagérons rien Morgan, essaye déjà de ne pas te refaire les croisés, s’il te plaît.
  • La direction ne veut « pas lui mettre la pression », mais c’est quand même lui la figure de proue de l’OM Champions Project : « nous avons identifié une pépite jeune qui, on l’espère, va nous accompagner tout au long de notre projet », a affirmé Eyraud.
  • Morgan Sanson ne veut pas trop jouer sur un côté : « ça ne me rend pas service et ça ne rend pas service à l’équipe », précise l’ex-Montpelliérain, qui se voit bien « au cœur du jeu ». Zubizaretta lui le considère comme un milieu « box to box », ce qui veut un peu tout dire et rien dire, non ?
  • Morgan Sanson ne voulait surtout pas aller à l’étranger où il craignait « de s’enfermer sur un banc de touche. » Tu marques des points là, Morgan.
  • Dans le plus grand des calmes, Eyraud l’a comparé à Mascherano. Bon, c’était une blague : « je précise que Morgan Sanson est la première recrue de Zubizaretta à Marseille. Et sa première recrue au Barça, c’était Mascherano, qui est encore au club aujourd’hui. On espère que l’histoire va se répéter. »
  • L’OM « ne compte pas recruter pour recruter ». Et ne veut pas, lors de ce mercato d’hiver, se faire pigeonner comme un nouveau riche dans une boutique Vuitton.