Les Verts mûrissent leur stratégie

Frédéric Legrand - ©2007 20 minutes

— 

Autonomie ou ralliement ? Les Verts de Marseille se réunissent demain pour décider de leur stratégie aux municipales de mars prochain. L'année 2007 a été rude pour eux : après l'élection présidentielle, 20 % des militants écologistes marseillais seraient partis au MoDem, avec le député européen Jean-Luc Bennahmias et le conseiller municipal Christophe Madrolle. Aux législatives, le parti a recueilli moins de 3,3 % des voix dans la ville. Malgré tout, plusieurs élus et militants seraient favorables à une liste Verts autonome au premier tour des élections municipales : « Après les turpitudes de cette année, ce serait une bonne manière de se compter et de se remobiliser », estime Michèle Poncet-Ramade, présidente du groupe Verts au conseil municipal.

Revendiquant deux cents militants à Marseille, les Verts assurent avoir suffisamment de candidats pour présenter des listes dans les huit secteurs de la ville, en faisant appel à des personnalités « d'ouverture ». Mais le parti prendrait le risque d'un nouveau revers électoral, avec, en plus, celui de n'être pas remboursé de ses frais de campagne s'il passe sous la barre des 5 % de voix. « Il y un gros risque politique et financier, souligne Marianne Moukomel, présidente départementale des Verts. Cela fait partie des choses dont on va parler lors de la réunion. »

De son côté, le parti socialiste local a déjà pris contact avec les Verts pour leur proposer des positions éligibles sur des listes d'union dès le premier tour.