Coupe de France: Mais que c'est frustrant de supporter Istres, toujours dans l'ombre de Marseille

FOOTBALL Marseille Consolat a éliminé le « petit poucet » officiel de la Coupe de France…

Jean Saint-Marc

— 

"C'est chaud, ça brûle, ça va rentrer", tube d'un soir
"C'est chaud, ça brûle, ça va rentrer", tube d'un soir — J.S.-M. / 20 Minutes

L’Istres FC était le plus petit club de ces 32es de finale de Coupe de France. Face au voisin Marseille Consolat (National), l’équipe de DHR a été fidèle à son statut de « Petit Poucet PMU » (puisqu’un sponsor s’est approprié le cliché) : son gardien a multiplié les arrêts décisifs (y compris un penalty à la 88e), ses attaquants ont manqué de justesse, tout le monde s’est arraché… Tout ça pour finalement s’incliner 3-1 en prolongations. Marseille Consolat affrontera Quevilly en 16es de finale ; Istres, après trois exploits consécutifs en Coupe, retombe dans l’anonymat du championnat régional.

>> A lire aussi : VIDEO. Coupe de France: Même sans vrai avant-centre, l'OM a régalé à Toulouse

« Plus personne ne veut venir au stade avec moi »

« Ce n’est pas facile de supporter ce club », râle un spectateur istréen frustré qui s’échappe quelques minutes avant le coup de sifflet final. C’est vrai que l’Istres FC n’épargne pas ses fans. Le club, qui a connu l’élite, s’est effondré jusqu’en septième division, d’erreurs sportives en mauvais choix financiers.

« Plus personne ne veut venir au stade avec moi, raconte Hervé, supporter historique de 57 ans. L’OM phagocyte tout ici… Et ma femme dit qu’il fait trop froid au stade Parsemain ! » Pourquoi continue-t-il à s’infliger des matchs par un mistral à décorner des bœufs ? La force de l’habitude, sans doute : « J’ai toujours supporté Istres. A l’époque, il y avait moins de distraction, on s’ennuyait le dimanche. Le match de foot, c’était la sortie ! »

« Il y a dégun dans le stade, on veut mettre l’ambiance »

Tony était lui aussi abonné à « la grande époque », celle de la Ligue 2 et même, pour une petite année, de la Ligue 1 : « je venais avec quatre ou cinq collègues de l’hôpital mais ce soir, même pour de la Coupe de France, je n’ai pas réussi à les faire venir. Je leur ai dit "vous n’êtes pas des vrais footeux, pas des vrais supporters." » Ses copains sont restés au chaud, sur leur canapé, pour regarder l’OM battre Toulouse. Tony lui a toujours préféré Istres : « c’est plus familial, plus convivial. Ici tout le monde se connaît, alors qu’au Vélodrome… »

Tellement familial que les Ultras sont ce dimanche soir des minots de 12 à 15 ans. « On est les Ultraviolets, on vient de créer notre groupe sur Snapchat. On veut mettre l’ambiance, il y a dégun dans ce stade », lance Thomas, kapo autoproclamé et surtout latéral droit des U15 de l’Istres FC. « Est-ce qu’on nous entend depuis la tribune Honneur ? » demande un autre adolescent… On les entendait, oui, mais les 1.037 supporters, grelottant sous leurs parkas et leurs couvertures, ne les auront que rarement suivis.

>> A lire aussi : Tirage au sort de la Coupe de France: Un Olympico en vue... Le PSG tire Rennes...