Les Docks dans l'expectative

Frédéric Legrand - ©2007 20 minutes

— 

Pour les Docks, il est urgent d'attendre. Le promoteur immobilier Icade et le port autonome de Marseille (PAM) assuraient hier sans plus de détails que « des négociations vont avoir lieu » avec l'association Latinissimo sur l'avenir de la salle de concerts des Docks des Suds. Reconstruite pour 3,5 millions d'euros de fonds publics et rouverte en octobre après sa destruction totale dans un incendie, la salle est menacée par un projet de tour de bureaux que le promoteur Icade veut construire sur leur terrain, concédé par le PAM. Initialement, la tour devait être située ailleurs, mais une modification des règles d'urbanisme par la mairie a amené Icade à envisager un nouvel emplacement, à la place des Docks. Le cahier des charges établi par le port prévoit le maintien des Docks dans le quartier, sans toutefois préciser leur emplacement. « Le port a retenu le projet d'Icade, mais la convention n'a pas encore été signée, les négociations sont toujours en cours », souligne la direction du PAM.

La semaine dernière, la direction d'Icade annonçait dans un communiqué sibyllin s'être rapproché de la direction des Docks « pour envisager les conditions de leur intégration, sur la base du scénario d'optimisation du positionnement de la tour ». La direction d'Icade assurait hier « n'avoir rien à ajouter » sur le sujet, reconnaissant seulement que le dossier des Docks « est un sujet d'actualité ». Comme le promoteur, le PAM affirmait hier qu'une réunion avec Latinissimo devrait avoir lieu courant décembre. « C'est une réunion prévue de longue date, on suit le calendrier comme prévu », souligne la direction du PAM.

L'affaire a pris une tournure politique ce week-end. Dénonçant la « passivité » de la mairie dans la gestion de l'urbanisme, Jean-Noël Guérini, président (PS) du conseil général et candidat à la mairie de Marseille, a menacé de se retirer du financement de l'opération Euroméditerranée si les Docks devaient déménager. Patrick Mennucci, directeur de campagne de Guérini, n'était pour sa part pas trop inquiet hier : « La mairie va mettre le couvercle là-dessus jusqu'aux municipales. Rien ne va bouger. »