Jordan Amavi, le revenant qui fait rêver l'OM

FOOTBALL Le défenseur d'Aston Villa fait partie des priorités des dirigeants du club marseillais...

C.L.

— 

Jordan Amavi le 13 septembre 2015 à Leicester avec Aston Villa
Jordan Amavi le 13 septembre 2015 à Leicester avec Aston Villa — LINDSEY PARNABY / AFP

Il a 22 ans, fait des merveilles outre-Manche et squatte les tablettes des recruteurs de l’Olympique de Marseille. Jordan Amavi est la cible numéro une du premier mercato version McCourt. Selon L’Equipe, Andoni Zubizarreta a rencontré très récemment à deux reprises les représentants du défenseur d’Aston Villa. Le joueur formé à Nice avait pourtant déjà freiné les ambitions marseillaises. « Je ne pense pas que j’irai à l’OM, je suis à Aston Villa et je ne pense pas être sur le départ », confiait Amavi fin novembre.

>> A lire aussi : Nouvelle direction, nouvelles ambitions, la foire aux agents a commencé pour le mercato marseillais

Neuf mois sans jouer

C’est que le jeune homme revient à peine d’une rupture des ligaments croisés, qui l’a éloigné neuf mois des terrains. Le 12 novembre 2015, en plein match contre l’Irlande du Nord dans le cadre des éliminatoires de l’Euro 2017, Amavi se tord le genou sur une mauvaise chute. « J’ai eu une grosse douleur, je me souviens avoir énormément crié », rapportait le jeune homme à France Football.

Jordan Amavi le jour de sa blessure le 12 novembre 2015 entre les équipes espoirs de France et d'Irlande du Nord
Jordan Amavi le jour de sa blessure le 12 novembre 2015 entre les équipes espoirs de France et d'Irlande du Nord - FRED TANNEAU / AFP

>> A lire aussi : VIDEO. L’horrible blessure au genou de Jordan Amavi

Après six mois de rééducation à Saint-Raphaël, dans le Var, le département où il a grandi, le joueur est à « 100 % », de son propre aveu. La preuve, Pierre Mankowski, le sélectionneur des Bleuets n’a pas hésité à le convoquer chez les Espoirs cet automne quelques semaines seulement après son retour.

Et les supporters anglais confirment. Une chanson a même été écrite pour lui par les fans adaptant la célèbre Ain’t nobody de Felix Jaehn : « Ain’t nobody like Amavi, makes me happy makes me feel this way ! » (« Il n’y a personne comme Amavi, qui me rend heureux, qui me fait me sentir comme ça ! »)

Un ancien ailier

Ce n’est pas le premier rebondissement de la jeune carrière d’Amavi. S’il parait être un des joueurs les plus prometteurs de sa génération, le défenseur a commencé comme un joueur… moyen. Au moment où il remporte la Coupe Gambardella avec les jeunes Niçois, Amavi est un ailier bosseur, hyper bien intégré dans son groupe mais qui ne montre « rien de fou » sur le terrain,selon Evander Moreira, son coéquipier de l’époque. Claude Puel, à la tête de l’équipe première décide alors de le faire descendre sur le terrain et le positionne latéral.

Un « déclic », pour Moreira qui le mènera quelques mois plus tard à obtenir sa titularisation chez les Aiglons. On connaît la suite : un transfert à 15 millions à Aston Villa et un an et demi plus tard, après une descente en D2, des appels du pied de clubs anglais et de l’Olympique de Marseille, qui tient peut-être avec Amavi sa première pépite.