La cabine téléphonique transformée en bibliothèque.
La cabine téléphonique transformée en bibliothèque. — Mairie de Suzette

INSOLITE

Vaucluse: Un village transforme sa vieille cabine téléphonique en... bibliothèque!

Elle est ouverte sur 7 jours sur 7 et 24h sur 24h...  

Une BD, une bibliographie de Brigitte Bardot, des contes pour les enfants ou encore un roman d’Henning Mankell, on trouve de tout dans la bibliothèque de Suzette dans le Vaucluse. Jusque-là rien d’anormal sauf que celle-ci se trouve dans une cabine téléphonique.

>> A lire aussi : Après avoir investi la gare, le piano en libre-service s'installe à l'hôpital de la Timone à Marseille

La loi le permet enfin

« Cela fait un bout de temps qu’on a eu cette idée mais la loi nous l’interdisait », affirme Patricia Olivero, la maire de cette petite commune de 120 habitants, situé au nord d’Avignon. Alors quand la loi a été abrogée en février dernier, la municipalité a sauté sur l’occasion pour mettre à exécution son « rêve ».

Une couche de peinture et une étagère plus tard, Suzette ouvrait sa propre bibliothèque en juin. Pour le coup, pas comme les autres. « Ça nous a coûté moins d’une centaine d’euros et on nous a même offert le rayonnage. On garde donc un service public et je considère en plus que la lecture, c’est important », ajoute madame la maire.

>> A lire aussi : Un Marseillais transforme vos motos en robots (et même Beyoncé kiffe)

80 livres et revues à disposition 

Pour la remplir, Suzette récupère des livres qui sont enlevés des bibliothèques mais fait aussi appel aux particuliers qui peuvent l’alimenter. En tout, aujourd’hui il y a 80 bouquins dans l’ancienne cabine téléphonique. Ils sont rangés régulièrement comme l’explique Patricia Olivero : « En bas, ce sont des livres pour les enfants et en haut pour les adultes. On trouve aussi quelques revues. »

Le personnel de la mairie fait aussi attention à ce qui est déposé pour ne pas avoir de mauvaises surprises. La première élue rappelle « qu’évidemment, on ne peut pas lire dans la cabine sauf si on est seul à la rigueur. Le but, c’est qu’à chaque venue, on dépose un livre pour en emprunter un autre. »

>> A lire aussi : Le fond du Vieux-Port recèle un butin plutôt insolite

Les touristes sont conquis 

Et alors, est-ce que ça marche ? « Plutôt pas mal ! », selon la municipalité. Bien sûr que des milliers de lecteurs n’ont pas envahi la ville du jour au lendemain mais « les touristes ont adoré cet été », à en croire Patricia Olivero.

Pour ce tout petit village, l’objectif est de faire venir les gens et surtout de continuer à garder des lieux où les habitants peuvent se rencontrer et échanger. D’ailleurs, un bistrot de pays va ouvrir dans quelques semaines à Suzette. On pourra aller y boire son café avec son livre de la bibliothèque sous le coude.