OM: Pourquoi la nouvelle direction joue gros sur le dossier Kamara

FOOTBALL Le club a fait une première offre au très convoité défenseur…

C.L.

— 

Boubacar Kamara, joueur de l'OM (CFA)
Boubacar Kamara, joueur de l'OM (CFA) — OM.net

C’est un dossier symbolique. Stratégique aussi. Une histoire de communication, de réputation tout autant qu’un premier signal envoyé aux supporters. La nouvelle direction de l’Olympique de Marseille joue gros sur le dossier Boubacar Kamara.

>> A lire aussi : Lifting en cours au centre de formation de l'OM

Une première offre a été faite au jeune défenseur de 17 ans, formé à la Commanderie. Selon L’Equipe, un contrat professionnel a été proposé au représentant du joueur le 24 novembre par Andoni Zubizarreta : 12.000 mensuels la première saison avec 24.000 euros de prime à la signature. Si ces sommes correspondent à la fourchette haute de la grille salariale des jeunes formés au club, elles n’en restent pas moins dérisoires par rapport aux ponts d’or promis par les clubs allemands et anglais qui font de l’œil au joueur. Le nouveau projet de l’OM suffira-t-il à retenir le joueur ? La direction devra-t-elle muscler son jeu et son chèque ? Ce qui est sûr c’est que les enjeux sont importants :

  • Réussir ce que Vincent Labrune a raté

Le salaire proposé à Kamara est le même qui avait été soumis à Bilal Boutobba il y a presque un an. Celui-ci n’avait pas suffi à convaincre l’attaquant de rester à Marseille. Boutobba avait rejoint le FC Séville, devenant le symbole des loupés de la formation marseillaise et une casserole de plus au dossier de Vincent Labrune et Margarita Louis-Dreyfus. Réussir à faire signer Kamara serait la preuve d’un vrai changement de cap. Une manière de tourner la page en peu plus concrètement qu’avec des annonces.

  • Lancer le chantier de la formation

On le sait, Jacques-Henri Eyraud, comme Andoni Zubizarreta et Rudi Garcia l’ont répété suffisament de fois : la formation est au coeur du « OM Champions Project ». Le président a rencontré dimanche au Stade Vélodrome les présidents des principaux clubs formateurs de la région, notamment de Consolat et Air Bel. L’état-major du centre de formation s’est réuni début novembre et a d’ores et déjà lancé un plan de restructuration en accord avec la nouvelle direction du club. Mener à bien les négociations avec Kamara prouverait aux jeunes qui hésitent à intégrer l’OM que le chantier de la formation est ouvert, concret et sérieux.

  • Passer le premier test

Les négociations viennent à peine de s’ouvrir entre l’OM et Boubacar Kamara. La première offre faite ne sera sûrement pas la dernière et on ne peut dire si une issue sera rapidement trouvée. Mais en attendant le premier mercato version McCourt, ce dossier sensible fait figure de premier test pour la direction.

>> A lire aussi : Nouvelle direction, nouvelles ambitions, la foire aux agents a commencé pour le mercato de l'OM

Les déclarations d’intention vont-elles se heurter à la réalité ? Les montants alignés pour retenir le jeune joueur seront un bon indicateur de la marge de manœuvre financière. Même si la réputation d’un Zubi ou d’un Garcia n’est plus à faire, il s’agira aussi de prouver la crédibilité de la direction sur le marché national et international.