Visé par des banderoles, Gomis veut «laver le linge sale en famille» et rencontrer les supporters

FOOTBALL L'attaquant et le président Eyraud sont montés au créneau après les invectives de certains supporters...

C.L.
— 
Bafé Gomis à Marseille le 4 décembre 2016
Bafé Gomis à Marseille le 4 décembre 2016 — BORIS HORVAT / AFP

Sa meilleure réponse, Bafé Gomis l’a déjà donnée. En inscrivant un superbe but à dix minutes de la fin dimanche contre Nancy (3-0), l’attaquant de l’Olympique de Marseille a prouvé tout son talent. Pourtant, à sa sortie, il n’a fait taire qu’à moitié les sifflets montés contre lui avant le coup d’envoi.

>> A lire aussi : «Retourne chez les Verts», Gomis visé par des supporters marseillais

C’est pourquoi il a annoncé son intention de clarifier les choses avec le public concerné :

« Je peux comprendre certaines choses, je pense qu’aujourd’hui c’est allé un peu loin. On lavera le linge sale en famille. J’ai parlé avec le président, si lui et le coach le permettent j’aimerais bien les rencontrer pour échanger. Je pense que c’est un problème qui a été mal interprété, mal entendu. »

Eyraud condamne les banderoles

Jacques-Henri Eyraud a d’ores et déjà prévu de rencontrer les supporters qui ont déployé le message visant Bafé Gomis. « Il n’y a pas de places pour des mots comme ça dans un stade de foot, a réagi le patron de l’OM. On peut être passionné, vibrer pour son club, on ne doit pas dire des choses comme ça, donc on s’expliquera, je m’expliquerai avec les supporters qui ont cru bon de montrer ces banderoles parce que je trouve qu’elles n’ont pas leur place au Vélodrome. »

« Mercato bientôt ouvert, retourne chez les Verts », disaient les deux banderoles déployées par les Fanatics, groupe de supporters du virage nord du Stade Vélodrome avant le coup d’envoi du match entre l’Olympique de Marseille et Nancy. Le message était assorti de « Gomis, Gomis, casse-toi » scandé par les fans.