Marseille: Des tickets d'attente revendus 4 euros à la CAF des Bouches-du-Rhône

SOCIETE Pour éviter une attente trop longue au guichet, certains allocataires n'hésitent pas non plus à payer quelqu'un pour attendre à leur place...

20 Minutes avec agence

— 

Marseille le 19 avril 2012 - La caisse des allocations familiales  ( CAF ) du chemin de Gibbes
Marseille le 19 avril 2012 - La caisse des allocations familiales ( CAF ) du chemin de Gibbes — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Quatre euros. Tel est le prix de vente du ticket d’attente pour ceux qui veulent éviter de faire la queue à la Caisse d’allocations familiales (CAF) des Bouches-du-Rhône. Certains allocataires éviteraient ainsi de passer de longues heures dans les queues avant d’accéder au guichet, a révélé à France Bleu Lionel Zaouati, secrétaire général CGT de la CAF 13.

>> A lire aussi : Les allocataires de la CAF contraints de poireauter sur le trottoir

« Aucune réclamation n’a été déposée à ce jour »

« Certains allocataires font la queue dès 6h30 à Marseille », a jouté le syndicaliste pour qui le singulier « trafic » n’est pas un mythe. Et si certains allocataires n’hésitent donc pas à sortir 4 euros de leur poche pour racheter des tickets, d’autres seraient même prêts à payer quelqu’un pour garder leur place.

De son côté, Armelle Rutkowski, directrice adjointe de la CAF des Bouches-du-Rhône, assure, elle, qu’elle « n’a pas du tout connaissance de cette pratique totalement illégale » et « qu’aucune réclamation n’avait été déposée à ce jour ». La responsable invite les usagers qui auraient eu connaissance de tels agissements à se manifester.

« On ne répond plus à notre mission »

Quant à Lionel Zaouati, il a profité de son passage à l’antenne pour dénoncer les conditions de travail du personnel de la CAF dans les Bouches-du-Rhône. « Dans un département où près de 40 % des allocataires ne vivent que des prestations familiales, il y a une attente sociale très forte que la CAF n’est pas en mesure de satisfaire. On ne répond plus à notre mission », a précisé le syndicaliste.

Pour rappel, ce mardi, la plupart des Caisses d’allocations familiales de France étaient en grève, à l’appel d’une intersyndicale FO et CGT. Un mouvement pour protester contre les dégradations des conditions de travail empêchant les agents de bien répondre à leur mission.