Marseille: Chant des cigales et odeur de lavande bientôt à l'aéroport

ECONOMIE Des travaux d’aménagement seront lancés jusqu’en 2026…

M.P.

— 

L'aéroport Marseille Provence
L'aéroport Marseille Provence — M.P

L’aéroport Marseille Provence (AMP) a dévoilé mardi sa nouvelle « identité visuelle ». Composé de sept bandes verticales, censées représenter toute la palette de couleurs de la Provence (du bleu jusqu’au rouge), le nouveau logo de la société est le premier jalon du « grand projet de transformation » de l’aéroport qui fêtera dans cinq ans son centenaire.

Depuis la création du terminal MP2, pour les vols low-cost, il y a dix ans, le trafic est passé de six à plus de huit millions de passagers par an. Et le nombre de destination a quasiment doublé. Convaincue que cette évolution devrait s’accentuer dans les années à venir, la direction de l’aéroport a décidé d’investir 500 millions d’euros d’ici 2026 pour moderniser et agrandir la plateforme aéroportuaire.

Une vue du hall Pouillon
Une vue du hall Pouillon - AMP

A lire : L'aéroport Marseille Provence lance «le plus grand investissement de son histoire»

Un lieu de vie

Ce programme comprend, en premier lieu, des investissements lourds : une extension du terminal MP2, un nouveau hall baptisé « cœur d’aéroport », et une nouvelle jetée d’embarquement international. Mais AMP veut aussi améliorer l’accueil des passagers, dans le but notamment d’augmenter ses recettes commerciales qui représentent aujourd’hui 45 % du chiffre d’affaires de la société.

L’objectif est de faire de l’aéroport un « lieu de vie où il est agréable de passer du temps », a précisé mardi Julien Boullay, son directeur marketing. Une nouvelle signalétique, « plus claire et plus simple », sera installée d’ici un an. Les toilettes seront rénovées avec des « matériaux nobles » et une « musique d’ambiance ». L’idée de la petite note musicale est poussée assez loin puisqu’il est prévu de diffuser le chant des cigales dans l’ensemble de l’aéroport d’ici la fin 2017.

Une vue de l'embarquement
Une vue de l'embarquement - AMP

Un couloir d’immersion sensorielle

Les salles d’attente seront aussi réaménagées aux nouvelles couleurs d’AMP avec du mobilier neuf et de nouvelles moquettes. Un mur végétal, composé d’essences méditerranéennes, sera dressé dans le hall 1. Des espaces de travail mais aussi de jeux pour les enfants seront aussi créés et un « musée » de la Provence installé pour mettre en valeur certains produits de la région.

Enfin, les passagers qui débarqueront passeront dans un « couloir d’immersion sensorielle » où ils seront plongés pendant quelques secondes dans ce qui est censé représenter la Provence : l’odeur de la lavande, la neige des Alpes du sud, le bruit d’une partie de pétanque, etc. Le dispositif, « une première mondiale » selon Loïc Chovelon, directeur de la communication, sera créé notamment avec les Carrières de lumières des Baux-de-Provence.

Une vue du hall 1
Une vue du hall 1 - AMP

A lire : Les aéroports de Nice et de Lyon officiellement privatisés

La privatisation des aéroports régionaux

S’agissant de l’accès à l’aéroport, la gare routière, saturée aujourd’hui, va déménager entre MP2 et le hall 1. Le prochain équipement permettra à une douzaine de bus de stationner simultanément. Les automobilistes pourront, de leur côté, réserver leur place de parking par téléphone. Enfin, côté train, la direction souhaite ouvrir en 2019 une liaison directe entre l’aéroport et la gare de Vitrolles avec l’équivalent d’un bus à haut niveau de service (BHNS) sur site propre.

Tous ces aménagements, ainsi que les autres investissements plus lourds, s’inscrivent dans un contexte de privatisation des aéroports régionaux. Le gouvernement a officialisé en octobre la vente de ses parts à Lyon et Nice. Pour l’instant, il détient toujours 60 % du capital d’AMP (contre 25 % pour la Chambre de commerce et d’industrie et 15 % pour les collectivités locales). « Ce qui est sûr, c’est qu’il ne se passera rien jusqu’à la présidentielle, a déclaré Julien Boullay. Après, je n’en sais rien… »