Guérini présente son plan propreté 2008

F. L. - ©2007 20 minutes

— 

Sur l'écran de cinéma, les images de Marseille s'enchaînent : sacs plastique emportés par le vent, cartons jetés en vrac sur le trottoir, poubelles qui débordent sur la rue... Pour le premier « Rendez-vous débat » de sa campagne municipale, Jean-Noël Guérini abordait hier le thème de la propreté. Le candidat socialiste a cogné à bras raccourcis sur Jean-Claude Gaudin, dénonçant un « bilan catastrophique » en matière de propreté. C'est selon lui « le plus grand échec » de la municipalité, dû « au clientélisme ». « La propreté est un enjeu crucial pour le tourisme, qui est le deuxième secteur créateur d'emplois à Marseille », appuie Domenico Bassiano, directeur du Sofitel Palm Beach.

Dans la salle, les questions fusent. Un habitant du 5e, ex-parisien, s'interroge : « Qu'est-ce qui est fait pour les crottes de chien ici ? Et cette histoire de fini-parti, c'est toujours appliqué ? » A la tribune, Jean-Noël Guérini avance plusieurs mesures phares : suppression du fini-parti dans la collecte des déchets, création de « brigades d'intervention » et d'un service spécial pour les crottes de chien. Avec, s'il est élu, des résultats comparables aux autres grandes métropoles, « dans un délai de six mois ».