Marseille: Une place nommée Franck Brinsolaro, policier tué lors de l'attaque de «Charlie Hebdo»

HOMMAGE Ce jeudi le ministre de l’Intérieur a inauguré avec le sénateur-maire de Marseille une place au nom de Franck Brinsolaro, mort lors de sa mission de protection du rédacteur en chef de «Charlie Hebdo» le 7 janvier 2015…

Samia Belbachir

— 

De gauche à droite, Philippe Brinsolaro (frère de Franck Brinsolaro), Dominique Tian (1er adjoint à la ville de Marseille), Laurent Nunez (préfet de police des Bouches-du-Rhône), Stéphane Bouillon (préfet des Bouches-du-Rhône), Jean-Claude Gaudin (maire de Marseille) et Yves Moraine (maire des 6e et 8 arrdt de Marseille)
De gauche à droite, Philippe Brinsolaro (frère de Franck Brinsolaro), Dominique Tian (1er adjoint à la ville de Marseille), Laurent Nunez (préfet de police des Bouches-du-Rhône), Stéphane Bouillon (préfet des Bouches-du-Rhône), Jean-Claude Gaudin (maire de Marseille) et Yves Moraine (maire des 6e et 8 arrdt de Marseille) — Samia Belbachir

Dire que l’émotion était forte serait bien faible. Au premier rang de cet hommage les parents de Franck Brinsolaro, Denise et Pierre, son frère jumeau (lui aussi en fonction dans la police nationale) Philippe, et son premier fils Kévin. Une famille endeuillée réunie pour l’inauguration de la place Franck Brinsolaro du nom de ce policier en charge de la protection de Charb, rédacteur en chef du journal satirique Charlie Hebdo, lui aussi tué le 7 janvier 2015.

Les parents de Franck Brinsolaro, Denise et Pierre, son frère jumeau Philippe et son fils aîné Kévin.
Les parents de Franck Brinsolaro, Denise et Pierre, son frère jumeau Philippe et son fils aîné Kévin. - Samia Belbachir

Lieu symbolique

Le lieu choisi, à côté de l’escale Borély (8e), n’a pas laissé indifférent sa famille. « Près de la mer pour un homme qui avait la liberté à cœur » dit son frère jumeau Philippe Brinsolaro.

Philippe Brinsolaro, frère de Franck, a adressé quelques mots de remerciement pour l'hommage fait à son frère.
Philippe Brinsolaro, frère de Franck, a adressé quelques mots de remerciement pour l'hommage fait à son frère. - Samia Belbachir

« Il y a quelques mois j’ai failli perdre la vie à cet endroit même après avoir été renversé par un chauffard, aujourd’hui ça me fait penser qu’on est jumeaux jusqu’au bout », confesse le policier marseillais.

Des dizaines de policiers en civil sont venus assister à l'hommage rendu à Franck Brinsolaro mort le 7 janvier 2015 lors des attentats de Charlie Hebdo.
Des dizaines de policiers en civil sont venus assister à l'hommage rendu à Franck Brinsolaro mort le 7 janvier 2015 lors des attentats de Charlie Hebdo. - Samia Belbachir

En parlant de Franck Brinsolaro, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve ne pouvait faire l’impasse sur la grogne des policiers.

>> A lire aussi: Pourquoi les policiers en colère ne désarment pas

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a réaffirmer son soutien à la police nationale.
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a réaffirmer son soutien à la police nationale. - Samia Belbachir

« Nous sommes ici pour rendre un hommage […] mais je tiens à renouveler mon soutien à la police nationale » a déclaré le ministre, avant d’ajouter « Les policiers doivent pouvoir exprimer leur souffrance sans craindre de représailles mais sans manquer de respect à la direction de la police nationale, et pas avec les outils qui doivent servir à leurs missions ».