Marseille: Affrontements violents entre militants d'extrême-droite et d'extrême-gauche

FAITS DIVERS La bagarre qui s'est déroulée en pleine rue a fait un blessé selon les forces de l'ordre... 

C.C avec AFP

— 

Les affrontements ont eu lieu rue Navarin à Marseille.
Les affrontements ont eu lieu rue Navarin à Marseille. — Google Maps

Une quinzaine de militants du mouvement Action française (nationaliste et monarchiste), disent avoir été attendus à la sortie de leur local par une trentaine de personnes cagoulées, gantées, et armées de battes de fer », a-t-on déclaré à la DDSP (direction départementale de la sécurité publique).

Le message posté par l'Action Française sur Facebook
Le message posté par l'Action Française sur Facebook - Facebook

« Une altercation assez violente a eu lieu vers 22h30, les militants d’extrême-droite se sont retranchés dans le local, les militants d’extrême-gauche étaient tous partis à l’arrivée de la police », a-t-on ajouté de même source, précisant qu’une personne avait été blessée à la tête mais « n’a pas voulu se faire soigner, n’a pas porté plainte et a refusé de décliner son identité ».

>> A lire aussi : Lille: Le bar des identitaires prêt à accueillir sympathisants et détracteurs

Les affrontements se multiplient ces dernières semaines

Dans un communiqué diffusé ce samedi, Action française affirme qu’un homme a été « grièvement blessé au crâne » dans ces affrontements avec des « militants de l’Action antifasciste ». Les tensions se cristallisent autour du local de ce mouvement d’extrême-droite, situé dans le quartier de la Plaine (5ème arrondissement).

Début octobre, la police avait fait usage de gaz lacrymogènes pour empêcher des affrontements entre des militants antifascistes et le groupuscule d’extrême droite. Un rassemblement non déclaré contre l’extrême droite avait rassemblé une centaine de militants antifascistes, alors qu’au même moment, quelques rues plus loin, se tenait une réunion d’Action française.

>> A lire aussi : Mort de Clément Méric: renvoi aux assises demandé pour quatre skinheads