Marseille: «Transformation réussie» pour Corsica Linea, l'ex-SNCM

ECONOMIE Selon la direction de la nouvelle compagnie, l’ex-SNCM est déjà rentable…

M.P.

— 

Le Pascal-Paoli
Le Pascal-Paoli — M.P

Le directeur général de la Corsica Linea, Pierre-Antoine Villanova, a présenté mardi les résultats de la compagnie qui vient de réaliser sa première saison touristique. Cinq mois après la reprise de l’ex-SNCM, « la première étape de la transformation de l’entreprise est réussie », a-t-il estimé. Corsica Linea n’a enregistré aucun jour de grève, elle a fait le plein de passagers et de fret, et elle est même devenue rentable.

Durant toute la saison, Corsica Linea n’a pas connu de conflit social grâce, selon Pierre-Antoine Villanova, à un « management » plus consensuel : « On a fait ce que l’on sait faire : on a écouté, on s’est parlé et petit à petit, la confiance s’est établie. On a su créer une véritable proximité, ce qui n’était pas simple vu l’historique de l’entreprise. »

Pierre-Antoine Villanova
Pierre-Antoine Villanova - M.P

Un chiffre d’affaires en hausse

La compagnie a également fait de la « satisfaction client » un de ses axes du redressement. Pour « qu’ils ne rôtissent plus au soleil » sur les quais, ils ont pu embarquer plus tôt à bord des navires, par exemple. Le service en salle a été repensé et des animations, notamment musicales, ont été proposées sur le Jean-Nicoli. Selon ses enquêtes clients, l’entreprise a enregistré « 90 % de retour positif ».

La compagnie a fait également des efforts sur ses tarifs. Pas vraiment pendant la haute saison, qui est toujours chargée, mais plutôt avant et après. Avec les offres « été indien » ou « escapade week-end », elle entend séduire de nouveaux clients. Cette année, elle aura transporté 500.000 passagers vers la Corse, l’Algérie, la Tunisie et la Sardaigne, nouvelle destination.

Corsica Linea enregistrera un chiffre d’affaires de 170 millions d’euros à la fin de l’année (contre environ 160 millions d’euros pour l’ex-SNCM). L’entreprise est « très légèrement rentable dès la première année », s’est félicité mardi Pierre-Antoine Villanova, sans se montrer plus précis, avant de s’avancer : « Et elle sera rentable la deuxième année ».

A lire : La Corsica Linea se lance à l'assaut de la saison estivale

Des navires de plus de 20 ans

La compagnie espère attirer 100.000 passagers de plus sur la Corse en 2017 – les réservations sont déjà ouvertes pour la saison prochaine – et atteindre 180 millions d’euros de chiffre d’affaires. Aujourd’hui, Corsica Linea détient environ 10 % de parts de marché sur l’île de Beauté mais compte aller jusqu’à 15 % l’année prochaine, et même 30 % « à terme ».

L’objectif, dans un an, est de pouvoir convaincre les banques de la stabilité et de la pérennité de l’entreprise pour que celles-ci lui avancent les fonds nécessaires pour financer de nouveaux investissements. Comme l’achat d’un ou de plusieurs navires. La compagnie en compte six aujourd’hui, dont certains, comme le Paglia Orba ou le Méditerranée ont 22 et 27 ans.