OM: La vente officielle, ça va changer quoi là maintenant?

FOOTBALL La signature aura lieu le mardi 18 octobre...

C.L.
— 
Frank McCourt fin août 2016 à la mairie de Marseille
Frank McCourt fin août 2016 à la mairie de Marseille — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Par précaution, les supporters vont attendre encore quelques jours avant d’exulter. Mais ça y est, d’ici la semaine prochaine, l’Olympique de Marseille changera de propriétaire. Au revoir Margarita Louis-Dreyfus. Bonjour Frank McCourt. Ok, mais que va-t-il se passer prochainement ? 20 Minutes fait le point, avec les éclairages de Frank Pons, professeur en marketing et économie du sport à Marseille.

Que va-t-il se passer mardi ?
Comme l’a indiqué l’AFP, confirmée par nos sources, c’est bien mardi que la signature officielle de la vente de l’OM à Frank McCourt aura lieu. Le club passera donc cette fois officiellement et légalement parlant dans les mains de l’actionnaire américain.

Que va-t-il se passer la semaine prochaine ?
Le staff va se mettre en place. Si Jacques-Henri Eyraud, futur président et l’avocat Didier Poulmaire travaillent déjà dans l’ombre pour l’OM depuis plusieurs semaines, « c’est le côté humain qui va apparaître », comme le précise Frank Pons.

La direction va intégrer les bureaux de la Commanderie et présenter son plan stratégique aux employés du club. Une réunion pourrait se tenir très rapidement entre Jacques-Henri Eyraud et Jean-Claude Gaudin. Le maire de Marseille a annoncé début octobre sa ferme intention de revaloriser le loyer du stade Vélodrome. Frank McCourt a lui prévu de revenir en France la semaine prochaine.

Jacques-Henri Eyraud le 18 septembre 2016 au Stade Vélodrome à Marseille

Dans le mois ?
Les priorités du club devraient s’axer sur la « recrédibilisation sportive ». Celle-ci s’articule autour de deux volets : recruter des joueurs, un entraîneur, un directeur sportif et relancer le centre de formation. Si le premier chantier prendra forme en janvier pendant le mercato hivernal, l’investissement dans la formation pourrait se ressentir bientôt. « De l’argent va être injecté très rapidement », pense Frank Pons. Pour le recrutement de membres du staff par exemple. « Des joueurs de l’équipe réserve pourraient aussi rapidement faire des piges avec l’équipe une ».

Dans l’année ?
Selon le professeur marseillais, la nouvelle direction attendra de donner un nouvel élan sportif via des ajustements de joueurs avant de recruter un entraîneur. « Ils ne vont pas se griller tout de suite en allant chercher un coach sauf s’ils trouvent l’oiseau rare ». Pas impossible donc que Frank Passi ne saute pas immédiatement surtout si les résultats parlent pour lui. D’une manière générale, il ne faut pas forcément s’attendre à un gros ménage par principe, « même si des hommes clés vont être placés ». « Quand tu achètes un appartement, tu refais la décoration, imageait un proche de McCourt à La Provence. Frank veut du costaud. »

Frank Pons résume l’état d’esprit :

« La véritable révolution à l’OM, c’est qu’il va y avoir une stratégie. Elle peut rater mais au moins on en a une »

Dans un second temps, la direction pourrait se concentrer sur le stade Vélodrome. Outre la renégociation du loyer, Jacques-Henri Eyraud devrait s’attacher à mettre en place un nouveau modèle économique. Il s’agit de « réveiller les générations de supporters endormis », illustre l’économiste et de « rendre marketable l’émotionnalité ». Non pas sur le dos des supporters mais dans le but d’attirer de nouveaux partenaires et un public marginal du Vélodrome : famille, spectateurs connectés, VIP.

Niveau sponsor, la rumeur du moment prédit la signature d’un contrat avec l’équipementier Under Armour qui mettrait fin au partenariat historique avec Adidas. La marque, déjà partenaire des Dodgers – l’ancien club de baseball de McCourt – a des vues sur l’équipe de France de rugby. Alors que les Bleus côté foot sont courtisés par Adidas. Fraîchement racheté, l’OM pourrait en profiter pour « challenger » la marque aux trois bandes.

Margarita Louis-Dreyfus et son fils Kyril à Marseille le 28 août 2016
Margarita Louis-Dreyfus et son fils Kyril à Marseille le 28 août 2016 - BERTRAND LANGLOIS / AFP

Et les 5 % de Margarita Louis-Dreyfus ?
C’est annoncé depuis l’ouverture des négociations cet été, Margarita Louis-Dreyfus gardera 5 % des parts du club. Une implication affective, pour maintenir le lien fort de l’OM avec Kyril, son fils. Si la femme d’affaires va se désengager des décisions, elle pourrait cependant conserver un rôle. « Avoir un actionnaire comme elle qui sécurise, ça peut être intéressant, développe Frank Pons. Elle va défendre la marque à l’international » et son réseau peut toujours servir.