OM: Yoga, sophrologie et football… Et si on arrêtait d’en rire?

FOOTBALL Franck Passi veut mettre les joueurs de l'OM au yoga...

C.L.

— 

Hiroki Sakai à Nice le 11 septembre 2016
Hiroki Sakai à Nice le 11 septembre 2016 — V.Hache

« Une grande inspiration vaut mieux qu’une expulsion. » Quand elle s’est rendue pour la première fois au centre de formation du RC Lens, les préceptes d’Anne Lejot ont plutôt amusé l’assistance. En 2015, cette enseignante en STAPS a initié les jeunes du club au yoga, ce « truc de vieux », comme lui ont balancé certains en guise d’introduction.

Un an plus tard, Frank Passi accueille à peu près les mêmes réactions. « Je vais intégrer du yoga dans le club », a annoncé le coach de l’OM dans l’Equipe du soir, quelques jours après avoir exprimé son intention de recruter des personnes pour travailler sur « le sommeil, […] la concentration et la respiration, ce qui permettra aux joueurs d’augmenter leur potentiel de concentration pendant les matches et de mieux les appréhender ».

Son idée, si elle surprend peut-être, alors qu’El Local n’est pas forcément dans les plans de Frank McCourt et que l’OM peine à la 14e place de Ligue 1, n’a rien d’absurde.

Déjà, travailler sur la physiologie du sportif n’a rien de révolutionnaire. « Ce n’est absolument pas surprenant, commente Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, c’est très populaire dans les pays anglo-saxons mais en France, ça reste tabou. Surtout dans les sports collectifs. »

Les parcours de ces footeux connus pour être des yoggis accomplis prêtent-ils à rire ?

  • David Beckham
  • Ryan Giggs (a même lancé sa propre méthode de yoga)
  • Joachim Low

Non, c’est bien ce qu’on pensait.

Même en Ligue 1, si les salutations au soleil ou les cours d’hypnose ne sont pas au programme, TOUS les clubs travaillent déjà sur la nutrition, le coaching mental et la récupération. La sieste est par exemple largement reconnue comme indispensable.

Ryan Giggs (29 ans à Manchester United) pense que le secret de sa longévité est le yoga

Et il faut arrêter de penser que les footballeurs sont en bonne santé. Ce n’est pas parce qu’il s’expose tout sourire sur sa nouvelle voiture de course que le joueur plein aux as est heureux. Et il ne lui suffit pas forcément d’une bonne gueulante de vestiaire pour marquer un but. En fait, 38 % d’entre eux souffrent de dépression, selon les chiffres du syndicat des joueurs professionnels FIFPro de 2015. A minima, en accumulant les déplacements, les matchs tardifs et la pression, les troubles du sommeil sont fréquents. « Tous les sportifs de haut niveau rencontrent des difficultés pour dormir, confirme Jean-Jacques Menuet et on donne trop facilement des comprimés. »

Ensuite, les joueurs de l’OM sont les patients parfaits. Non pas que les Marseillais sont tous dépressifs. Mais en perdant trois de leurs huit matchs dans les dernières secondes ( Rennes, Nice, Angers) et en stagnant à la 14e place après une saison décevante, les Olympiens cumulent deux symptômes : défaut de concentration et spirale de l’échec. C’est pourquoi Passi vise juste en voulant se tourner vers ces outils alternatifs. « Dans ce genre d’intervention, il faut vraiment se mettre au second plan et se consacrer au joueur, explique le médecin. On se heurte souvent au refus de l’entraîneur qui dit "touche pas à mes joueurs". C’est un très bon réflexe de Frank Passi. »

Bafé Gomis n'a pas fait sa salutation au soleil ce matin.
Bafé Gomis n'a pas fait sa salutation au soleil ce matin. - B.Horvat

Comment ça marche ? « La sophrologie permet d’augmenter la confiance en soi et de rester concentré de la 1ère à la 90e minute. » En travaillant sur l’hygiène du sommeil, le joueur acquiert des réflexes simples pour régénérer correctement ses cellules musculaires comme mentales. « Peu de sportifs savent qu’une collation sucrée avant de se coucher facilite l’endormissement », expose en exemple Jean-Jacques Menuet.

« C’est comme avec un enfant qui a de mauvaises notes à l’école, il faut que les gens autour de lui le valorisent pour redémarrer une nouvelle année scolaire »

Le médecin qui travaille avec de nombreux footballeurs professionnels, enregistre des séances d’autohypnose. « On travaille ensemble et le soir dans sa chambre d’hôtel, le joueur se repasse la séance ». Quant à la spirale de la défaite, « on essaie de gommer mentalement les échecs », explique le médecin, en travaillant sur des techniques d’imagerie mentale. Le patient doit se projeter dans une situation déjà vécue pour en faire le deuil et « remettre les compteurs à zéro ».

Demain, de la danse contemporaine à la Commanderie ? « Quand le préparateur physique du centre de formation de Lens m’a contacté, se souvient Anne Lejot, c’était pour travailler sur la souplesse. Puis après il m’a avoué qu’il cherchait une méthode pour aider les joueurs à se canaliser, se connaître. » L’ancienne sportive de haut niveau a alors proposé du Hatha yoga mêlé à une méthode appelée « Feldenkrais », du nom de son inventeur.

Autrement dit, de la danse contemporaine. « On apprend à déverrouiller son corps et à prendre conscience de son poids dans le sol », résume l’enseignante, qui avoue : « Si je commence à voir le yoga dans les colloques de sportifs de haut niveau, je n’ai encore jamais entendu personne oser la méthode Feldenkrais. »