Istres : Trois gardés à vue après un vol d’armes à la base militaire

ARMÉE Plus d'une dizaine d'armes de poing auraient été dérobées dans la nuit du 20 au 21 septembre sur la base militaire BA125 d'Istres...

Olivier Aballain
— 
Présentation de rafales à la base arienne d'astres, en mars 2015
Présentation de rafales à la base arienne d'astres, en mars 2015 — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Branle-bas de combat à la base aérienne d’Istres. Trois personnes, dont un militaire, ont été placées en garde à vue vendredi dans l’enquête sur un vol d’armes découvert sur le site militaire de la BA125.

D’après France 3, qui a révélé l’information, l’enquête porte sur des vols commis dans la nuit du 20 au 21 septembre dernier. Une vaste fouille des véhicules de la base aurait été entreprise dès le 21 septembre.

Essentiellement des armes de poing

Vendredi soir, le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, a précisé à l’AFP que les armes volées étaient «essentiellement des armes de poing », mais que le « décompte précis » était encore en cours.

Les gendarmes de la section de recherche (SR) de Marseille (Bouches-du-Rhône) et ceux de la SR de Villacoublay (Yvelines) ont été saisis, l’enquête portant précisément « sur la disparition de matériel sensible et d’équipements militaires », selon une source militaire citée par l’AFP.

Il y a plus d’un an, déjà

« Une enquête de commandement est diligentée par l’armée de l’air pour déterminer les causes et responsabilités », a encore précisé cette source. Environ 5.000 personnes, militaires et civils, fréquentent la base aérienne d’Istres, qui s’étend sur 2.400 hectares au sud-est de la ville.

En juillet 2015, des explosifs avaient été dérobés sur le site militaire de Miramas, également dans les Bouches-du-Rhône. Au moins 150 détonateurs et des pains de plastic avaient été volés, ce qui avait conduit l’armée française à prendre des mesures d’urgence pour mieux sécuriser ses sites de munitions. Les malfaiteurs avaient pénétré dans l’enceinte du vaste site militaire après avoir découpé les grillages qui l’entourent.