Voilà comment Mourad Boudjellal veut transformer le rugby français

RUGBY Le président du RC Toulon a présenté ce mercredi son projet pour la Ligue Nationale de Rugby...

C.L.

— 

Mourad Boudjellal le 21 septembre 2016 à Toulon
Mourad Boudjellal le 21 septembre 2016 à Toulon — Franck PENNANT / AFP

« La ligue apaisée ». Venant du bondissant Mourad Boudjellal, le choix de nom de son programme surprend. Il faut l’entendre tout en ironie bien sûr, tant le président du RC Toulon veut bouleverser le rugby français. Power Point à l’appui, le candidat présentait ce mercredi matin son projet pour la Ligue National de Rugby, sans « aucune chance » d’être élu, répète-t-il lui-même.

>> A lire aussi : A cause du salary cap, Boudjellal doit payer 100.000 euros (et il trouve que c'est digne de «Groland»)

Au milieu de ses idées révolutionnaires, Mourad Boudjellal a évidemment semé des petites phrases dont il a le secret, qu’on vous sert à amuse-bouche :

  • Il y a un président, « pour détourner le salary cap il fait faire des notes de frais à ses joueurs au supermarché »
  • « J’ai plus de chance de gagner la primaire des Républicains que la Ligue »
  • « Quand j’ai dit que la ligue c’est Groland, c’est insultant pour Groland parce que j’aime bien Groland »

 

Mais à part ça, le patron varois ne rigole pas et voici quelques-unes de ces propositions, autour de l’idée centrale de mettre en valeur la formation des jeunes joueurs et de repenser l’économie du rugby :

1/La fin des JIFF

Le dispositif JIFF (Joueurs issus de la Formation Française) impose aux clubs du Top 14 d’aligner une moyenne de 14 joueurs formés en France, sous peine d’amende. Pour la saison prochaine, Paul Goze, le président, prévoit d’assortir les sanctions financières pour les réfractaires, d’un retrait de points. Mourad Boudjellal veut supprimer les JIFF et les remplacer par un système de joueurs sélectionnables, avec des indemnités versées par la Fédération aux clubs des internationaux. Ceci afin de favoriser le « qualitatif sur le quantitatif ».

2/Soutenir la formation

Mourad Boudjellal préconise un contrat formation entre le jeune joueur et son club formateur. Le joueur devra alors signer un premier contrat de deux ans avec son club formateur. « Il faut valoriser la formation auprès des clubs, a répété le candidat, afin de permettre de créer une inflation sur les joueurs français. Le but final est de redonner au rugby son rôle d’ascenseur social. »

Projet de Mourad Boudjellal, extrait.
Projet de Mourad Boudjellal, extrait. - MB

2/La création d’une Coupe de France

C’est la mesure la plus insolite de son programme. La compétition ne concernerait que les joueurs français et serait organisée pendant le calendrier international.

3/Un million d’euros pour l’arbitrage

Mourad Boudjellal, souvent critique sur le niveau des arbitres français, veut accorder un million d’euros à la profession. « C’est difficile de leur en demander plus quand ils arbitrent des garçons qui gagnent 30.000 euros par mois alors qu’eux sont payés 700 euros », a-t-il déclaré. Il souhaite aussi créer des « équipes d’arbitres ».

4/Et le salary cap ?

C’est un des principaux motifs d’agacement de Mourad Boudjellal. « Je ne suis pas forcément contre, mais économiquement, c’est une farce », a souligné l’orateur. Le président veut engager une réflexion sur le contrôle des déficits d’exploitation des clubs, cause du dépassement des salaires, selon lui. Les joueurs formés au club et les internationaux seraient aussi exclus de la règle du salary cap.