Paca: La ligne nouvelle prend de la vitesse

TRANSPORT Les habitants sont amenés à donner leurs opinions sur les tracés lors de réunions publiques…

A.R.
— 
Illustration: Un TGV en circulation.
Illustration: Un TGV en circulation. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA Archives

Il y a eu l’ambitieuse ligne à grande vitesse (LGV). C’est désormais  la ligne nouvelle Provence Côte d’Azur. Après un échange entre les élus, la concertation publique est lancée sur les variantes des tracés et les positions éventuelles des futures gares.

« Ce n’est pas le projet définitif, ce sont des réflexions que l’on soumet, explique Stéphane Bouillon, le préfet de région. Elles vont faire l’objet d’analyses : le tracé peut bouger. » 20 Minutes fait le point sur ce projet de ligne.

Les scénarios de tracés soumis

La concertation publique* relative à ce projet de construction d’une ligne ferroviaire entre Marseille et Nice est ouverte à tous. Elle débute par une réunion publique d’information le 4 octobre dans les Alpes-Maritimes. Puis, le lendemain, dans les Bouches-du-Rhône. Ces réunions ont pour but de présenter les différents scénarios de tracés et d’échanger autour de ces propositions.

Dans les Alpes Maritimes
Dans les Alpes Maritimes - SNCF Réseau
Dans les Bouches du Rhône
Dans les Bouches du Rhône - SNCF Réseau

Une synthèse de la concertation sera présentée le 19 décembre à Nice et le 20 à Marseille. Auparavant, des concertations sur le thème spécifique des emplacements des gares sont aussi prévues le 24 octobre à Nice et le 25 à Marseille.

« Nous allons recueillir les avis du public d’abord sur la priorité numéro 1, à savoir le secteur Saint-Charles et le nœud azuréen », précise Jean-Michel Cherrier, le directeur territorial adjoint deSNCF Réseau.

La deuxième priorité concerne la réalisation d’une nouvelle infrastructure entre Aubagne et Toulon et Est Var et Siagne, à l’horizon 2030/2050. Après 2050, sera concernée la réalisation les sections Toulon-Est Var et Nice-Italie.

*Calendrier détaillé sur www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr

Désaturer les nœuds marseillais et azuréen

La ligne nouvelle va être réalisée en plusieurs phases. La priorité absolue a été donnée aux nœuds ferroviaires de Marseille et Nice.

Marseille. Le but est de réaliser deux nouvelles voies sur 24 km dont 11 en tunnel. Une nouvelle gare souterraine devrait être créée sous Saint-Charles. « Cette gare souterraine doit se faire pour rompre le cul-de-sac actuel de Saint-Charles », estime le préfet.

Secteur Marseille Saint-Charles
Secteur Marseille Saint-Charles - SNCF Réseau

Azur. Le projet prévoit de créer une nouvelle infrastructure qui constituera une boucle ferroviaire de la ligne Cannes-Grasse jusqu’à Nice, avec notamment deux nouvelles voies sur 24 km, dont 19 km en tunnel. Nice Aéroport et Ouest Alpes-Maritimes seraient deux nouvelles gares.

Le secteur Cannes-Grasse
Le secteur Cannes-Grasse - SNCF Réseau

L’objectif est d’assurer les futurs déplacements

Le but est de répondre aux nouveaux besoins de déplacements dans la région. Dans les Bouches-du-Rhône, le Var et Alpes Maritimes, le nombre de déplacements s’est élevé à 2,6 milliards l’an dernier.

Jusqu’en 2025, il faudra absorber 30 millions dedéplacements supplémentaires sur le littoral méditerranéen. « Il est primordial de redonner des possibilités de connexions sur le territoire pour être à la hauteur des ambitions économique », estime Jean-Pierre Serrus, vice-président de la métropole Aix-Marseille Provence.

>> A lire aussi : A Marseille, un réseau ferré vieillissant et mal financé

Mais la région dispose du plus petit linéaire de voie ferrée par habitant de France, soit 2,5 km pour 10.000 habitants contre 5,1 km pour 10.000 habitants pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. Pire. La ligne unique entre Marseille et Vintimille a été construite en 1860, lorsque la région comptait trois fois moins d’habitants. Résultat, elle est la plus chargée de France, avec 280 trains quotidiens cette année. Elle ne dispose actuellement d’aucune solution de contournement.