Top 14: A Toulouse, le RCT s'offre le bonus offensif et Diego Dominguez un bon bol d'air

RUGBY Toulon a frappé un grand coup en allant s'imposer à Toulouse avec le bonus offensif, ce dimanche en Top 14 (15-32). De quoi offrir un sursis à son manager, Diego Dominguez...

Nicolas Stival

— 

Les joueurs de Toulon célèbrent leur victoire en Top 14 sur la pelouse du stade Ernest-Wallon, à Toulouse, le 11 septembre 2016.
Les joueurs de Toulon célèbrent leur victoire en Top 14 sur la pelouse du stade Ernest-Wallon, à Toulouse, le 11 septembre 2016. — P. Pavani / AFP

Franchement, ce RCT avait une bonne tête de victime, avant son déplacement de dimanche à Toulouse. Et pourtant… En crise ouverte après son revers à domicile contre Brive (21-25), avec un effectif très remanié (premières pour l’ailier Axel Muller et le troisième ligne Aidon Davis), Toulon s’est imposé à Ernest-Wallon (15-32).

>> A lire aussi : EN DIRECT. Top 14: Revivez le succès bonifié de Toulon chez le Stade Toulousain

Et avec le bonus offensif en prime, grâce à un essai après la sirène de l’omniprésent Charles Ollivon. « Franchement, quand vous voyez la ligne d’en-but, mort ou pas mort, c’est de l’instinct, vous baissez la tête et vous faites les dix mètres », souriait après coup le troisième ligne de 23 ans, qui avait amené une chaise en zone d’interview pour répondre aux journalistes en se reposant !

En revanche, comme d’habitude, Diego Dominguez est resté loin des médias. Le nouveau manager toulonnais, mis sous pression par le président Mourad Boudjellal, ne battra sans doute pas des records de longévité sur la Rade. Mais ce succès plein de pragmatisme à Toulouse lui offre un sursis.

Dominguez « n’a jamais douté de l’adhésion de ses joueurs et de son staff »

« C’est un gagneur, il a sans doute été blessé au plus profond de lui-même parce qu’il a été sali, estime Jacques Delmas, entraîneur des avants du RCT également sur la sellette depuis plusieurs semaines. Mais il n’a jamais douté de l’adhésion de ses joueurs et de son staff. »

Un calendrier très épicé

Ollivon tient le même discours. Pour l’international, l’échec contre Brive a été balayé en début de semaine après le « débriefing », à la suite duquel les Varois ont basculé sur le challenge toulousain. « Diego a fait abstraction du contexte et a dit aux joueurs d’être dans leur bulle », reprend Delmas, qui rappelle qu’à Toulon « tout est puissance 1.000 ».

Si l’ombre de Fabien Galthié va peut-être s’éloigner provisoirement, rien n’est gagné au pays du Pilou-Pilou, avant trois dimanches de folie : déplacement au Racing 92, champion de France en titre, puis réceptions de Clermont et de Montpellier…