Les cimetières français d'Algérie dépérissent

Fred Tchalian - ©2007 20 minutes

— 

Pierre-Henri Papalardo ne décolère pas. L'association marseillaise France Maghreb dont il est le président a dû suspendre la rénovation et l'entretien des cimetières français en Algérie, faute de moyens. Lancée en 2003 par le président Jacques Chirac, cette opération de rénovation est aujourd'hui à la traîne. « Passé l'état de grâce de 2004, où certaines collectivités avaient abondé au fonds de concours ouvert par l'Etat, nous nous sommes retrouvés bien seuls avec le consulat français à Alger pour réhabiliter les sépultures. » Pierre-Henri Papalardo accuse certaines collectivités de ne pas avoir respecté leurs engagements financiers. « En 2004, la région Paca nous avait accordé 100 000 euros de subvention. Depuis, plus rien. Les concours prévus sont restés lettre morte. » Ce que dément le conseil régional. « Nous avons rempli notre engagement. Nous avons accordé le financement prévu. On a tout simplement décidé de ne pas renouveler notre aide, explique Gérard Bodinier, conseiller aux relations internationales à la région. Par ailleurs, la Wilaya d'Alger [équivalent de la préfecture] nous a mis en garde contre la manière dont les travaux de rénovation étaient menés par certaines associations. » Au total, la région a mobilisé 185 000 euros entre 2003 et 2007 pour la réhabilitation des cimetières algériens. « Nous travaillons maintenant directement avec les autorités algériennes, ce qui ne veut pas dire que l'on ne s'associe pas à certaines associations », assure la région.