Marseille: Manuel Valls attendu vendredi sur les dossiers des boues rouges et de la sécurité

ENVIRONNEMENT Le Premier ministre sera à Euroméditerranée dans l'après-midi...

A.R.

— 

Manuel Valls, Premier ministre, le 29 août 2016 à Colomiers.
Manuel Valls, Premier ministre, le 29 août 2016 à Colomiers. — Simon Decleves/SIPA

C’est une visite très attendue. A la veille de la venue du Premier ministre, Manuel Valls à Marseille, la ministre de l’Environnement a expliqué ne « pas lâcher le dossier » sur le rejet par Altéo de boues rouges en Méditerranée.

>> A lire aussi : Les questions qui se posent sur l'autorisation de rejet de boues rouges

La Méditerranée « n’est pas une poubelle gratuite »

« Une mise en demeure a été faite à l’entreprise par le préfet à ma demande, pour continuer à vérifier les rejets en Méditerranée qui n’est pas une poubelle gratuite, estime  Ségolène Royal, interrogée jeudi matin sur France Inter. C’est une mer domestique fragile ».

Lundi, Manuel Valls avait appelé à « la maîtrise de l’expression » dans son gouvernement après les nouvelles prises de position de Ségolène Royal au sujet de ces rejets au large de Cassis.

Dans l’émission Thalassa de France 3, diffusée vendredi dernier, la ministre de l’Environnement avait expliqué ne pas avoir pu s’opposer au Premier ministre fin 2015, concernant l’autorisation accordée à l’usine d’alumine Alteo de Gardanne de poursuivre ses rejets polluants en Méditerranée.

Les écologistes veulent une réunion de crise sur les boues rouges

Sur ce même dossier, les conseillères départementales écologistes, Michèle Rubirola et Rosy Inaudi, ont demandé au Premier ministre et au préfet des Bouches-du-Rhône la tenue d’une « réunion de crise » vendredi « pour mettre un terme aux rejets d’effluents liquides toxiques de l’usine Altéo ».

« Votre gouvernement est désormais en proie à un chantage à l’emploi sur fond de crise écologique. Votre gouvernement est aussi fragilisé dans l’opinion publique par votre décision de passer outre l’avis négatif de votre ministre de l’Environnement et de la Mer », écrivent les élues dans un courrier adressé jeudi à Manuel Valls.

L’usine Altéo de Gardanne emploie environ 400 salariés, auxquels s’ajoutent 250 sous-traitants. Ils produisent des alumines de spécialités, servant par exemple à fabriquer du dentifrice ou des écrans plats.

La ville demande des renforts policiers

Manuel Valls est également attendu sur la question de la sécurité dans la deuxième ville de France. Caroline Pozmentier, l’adjointe au maire déléguée à la sécurité publique lui demande des renforts policiers.

« Je demande au Premier ministre de tenir ses engagements financiers et humains afin que la police marseillaise puisse s’appuyer sur un effectif en rapport avec la taille de la population et la spécificité de notre ville, écrit-elle dans un communiqué. Les forces de l’ordre dans la deuxième ville de France, où la criminalité organisée perdure et où les règlements de comptes connaissent un pic historique, sont suremployées et connaissent une fatigue extrême ».

Lundi soir, deux hommes, âgés de 41 et 59 ans, ont été tués à l’arme automatique dans un bar du Panier (2e). Ils sont les 25 et 26e victimes d’homicide par balles dans les Bouches-du-Rhône cette année et les 23e et 24e morts dans le cadre de règlements de comptes liés au banditisme ou au trafic de drogue.

En août, la région marseillaise a connu un mois sanglant : 10 personnes ont trouvé la mort par arme à feu dans le département.

La recrudescence de ces règlements de compte serait la conséquence de la multiplication des opérations de démantèlement des réseaux de trafic de drogue dans les cités.