OM: Margarita Louis-Dreyfus pas si riche? Ce n'est pas totalement faux

FOOTBALL L'actionnaire de l'OM a publié un communiqué en forme de mise au point cinglante sur sa fortune...

C.L.
— 
Margarita Louis-Dreyfus et son fils Kyril à Marseille le 28 août 2016
Margarita Louis-Dreyfus et son fils Kyril à Marseille le 28 août 2016 — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Un peu gonflée. Spontanément, quand on a déjà lu un bilan Forbes qui classe Margarita Louis-Dreyfus 13e femme la plus puissante du monde, c’est la première réaction qui vient.  publié par l’actionnaire de  , pour quelques semaines encore, intrigue. « Je ne possède pas les milliards qui me sont prêtés par la presse », assure MLD.

D’après une , la fortune personnelle de la propriétaire du club marseillais, s’élève à 6.8 milliards de dollars (5.7 milliards selon Challenges en 2015). Alors qui dit vrai ? La réponse avec les éclairages d’Elsa Conesa, auteure de Enquête sur la fortune la plus secrète de France (Grasset, 2013) et Pierre Rondeau, économiste du sport.

Margarita Louis-Dreyfus ne ment pas. La majeure partie de cet argent est constituée de titres et non d’argent liquide. Ces titres sont liés à la Holding Louis-Dreyfus, dont la Fondation du même nom (ou Fondation Akira) possède 80 % des parts,  . Mais les vrais propriétaires de la Fondation sont les enfants de Robert et Margarita, à savoir, Eric,  et Maurice. Leur mère n’est que la gestionnaire temporaire de cette fortune.

Mais elle est tout de même assise sur un empire. Si MLD ne possède pas directement ces fonds, ils la placent, dans un système complexe de poupées russes, à la tête d’un empire financier. La holding Louis-Dreyfus est en effet la société mère de  , une entreprise multinationale de négoce de matières premières qui existe depuis plus de 150 ans. Son chiffre d’affaires était de   en 2014. De plus, avant de mourir, Robert lui a légué une partie de sa fortune, à titre personnel, qu’elle était donc libre d’utiliser comme bon lui semble. En 2010, cette somme tournait autour de quelques centaines de millions de dollars.

Pourquoi ce timing ? Si les reproches sur son manque d’investissement dans le club ont été monnaie courante ces dernières années, l’annonce de   semblait avoir apaisé les esprits. Dans quel intérêt faire, alors que la vente est en passe d’être conclue, ces déclarations ? Les négociations sont encore en cours, elles se déroulent en fait en ce moment même. Comme le mentionne MLD dans son communiqué, la presse a répété que le nouvel actionnaire était   que la femme d’affaires suisse. Le message qui pourrait en ressortir est « vous nous promettez des investissements, mais elle était plus riche, alors pourquoi mettriez-vous plus », résume Pierre Rondeau, économiste du sport. Il s’agirait donc là d’une question d’ego et d’image, destinée à rassurer le nouvel actionnaire, comme les supporters et le marché d’une manière générale.