Marseille: De l'usine aux planches, les ex-Fralib montent sur scène

SOCIÉTÉ La pièce de théâtre est jouée vendredi soir à 20 h 30 à la MJC d’Aubagne, en préambule du « Festival d’avant la pluie » ...

Amandine Rancoule
— 
Les salariés  célèbrent le 27 mai 2014 l'obtention de 20 millions d'euros d'Unilever pour leur coopérative.
Les salariés célèbrent le 27 mai 2014 l'obtention de 20 millions d'euros d'Unilever pour leur coopérative. — Anne-Christine Poujoulat AFP

Jouée par des amateurs. Ecrite par des ouvriers. La pièce de théâtre des ex-Fralib raconte « 1.336 jours de lutte » en 90 minutes. Un défi ? Les coopérateurs de Scop-Ti en ont connu d’autres. Ces anciens ouvriers de l’usine Fralib de Gémenos ont repris leur activité sous forme de Scop. Après trois ans et demi de conflit avec Unilever, ils produisent désormais leur thé et tisanes sous la marque « 1336 », pour 1336 jours de résistance.

>> Marseille: Les ex Fralib ont «l'objectif commun de réussir »

Le géant néerlandais voulait délocaliser à l’étranger l’activité de production de thé Lipton et d’infusions Elephant. Pugnaces, les salariés ont fait casser devant la justice les plans sociaux de la multinationale, ont occupé jour et nuit leur usine, sacrifiant parfois leur famille, leur santé.

« Un modèle de lutte et de résistance »

« On ne veut pas que notre aventure soit oubliée pour tous les salariés qui vivent la même chose dans d’autres entreprises », explique Rim Hidri, ancienne opératrice de Fralib devenue comptable à Scop-Ti. Vendredi soir, elle montera sur les planches de la MJC d’Aubagne avec d’autres amateurs pour raconter l’aventure, de l’annonce des licenciements chez Fralib à la création de Scop-Ti.

« J’ai beaucoup écouté leur histoire et j’ai essayé de la comprendre pour saisir les moments importants et insister sur les instants de la lutte, raconte Teresa Tigrato, metteur en scène et directrice de l’association Art’Euro. C’est un modèle de lutte et de résistance. Quand on dit que les gros sont toujours les gagnants, c’est la preuve que non. »

« Je suis moi qui joue mon propre rôle »

Après Aubagne, Strasbourg accueillera la troupe le 19 novembre. Car la pièce est jouée partout en France. Elle a déjà été présentée 25 fois. Toujours avec la même émotion.

« A tous les coups, je ressens la même sensation, je revis l’histoire, je joue et je me rappelle à chaque fois des vrais moments, surtout la solidarité entre nous, raconte Rim Hidri. Je ne suis pas une actrice qui joue un rôle. Je suis moi qui joue mon propre rôle et celui de mes collègues. Je n’invente pas le jeu. » Ni le récit.