RC Toulon : Le triple champion d’Europe est-il vraiment «nul» ?

RUGBY Le club varois est méconnaissable depuis la reprise du championat...

C.L.

— 

Mourad Boudjellal le 27 août 2016
Mourad Boudjellal le 27 août 2016 — NICOLAS TUCAT / AFP

« On balaie bien le terrain. On devrait aller travailler au service de la voirie ». On ne sait pas si la volée a amusée les employés municipaux de Toulon mais, comme d’habitude, Mourad Boudjellal sait comment faire passer les messages. En perdant face à Briveau Stade Mayol samedi (21-25), le RCT a été « nul », pour son président. Après deux défaites en trois matchs, le patron varois a sifflé « la fin du stage », avant les chocs à Toulouse ou sur les terres du Racing 92, puis contre Clermont et Montpellier . Alors, le triple champion d’Europe doit-il vraiment s’inquiéter ?

>> A lire aussi: Boudjellal allume ses joueurs, qui vont «prendre cher»

Trois matchs, deux défaites, un jeu catastrophique. Cela faisait 10 ans que Brive n’avait pas gagné à Mayol. Samedi, le RCT s’est incliné avec quatre points d’écarts (21-25) contre les Corréziens et pas mal de remords. C’est la deuxième défaite en trois matchs pour les Varois, qui pourtant n’ont croisé la route que d’équipes plus faibles, sur le papier : Bayonne, Pau et donc Brive. L’avenir est plus inquiétant puisque Toulon se déplace à Toulouse, sur le terrain du Racing 92, puis reçoit Clermont et Montpellier. Les joueurs peuvent « prendre cher », comme le parie Mourad Boudjellal, s’ils continuent à jouer comme ça. En vrac : aucune occasion d’essai, audace inexistante, passes ratées, en avants (plus de 15 contre Brive), fautes. Avec 14 départs et 10 arrivées cet été, un nouveau staff et une saison sans titre, le RCT, triple champion d'Europe, entame un virage difficile à appréhender. « Il ne suffit pas de porter le maillot rouge et noir pour gagner », analysait sagement Guilhem Guirado ce week-end.

Les supporters hors d’eux. Dans le sud-est, on a plutôt l’habitude d’entendre râler les fans de l’ OM, côté football. Si les Marseillais ne se sont pas attendris, les Toulonnais commencent eux aussi à grincer des dents, suivant la colère froide du président. Les supporters ont copieusement sifflé les joueurs samedi soir à Mayol. Certains ont aussi déversé leur colère sur le compte Twitter du club.

Supporters de RC Toulon mécontents sur Twitter
Supporters de RC Toulon mécontents sur Twitter - Twitter

Diego Dominguez menacé. L’été du staff toulonnais a été bien tourmenté. Bernard Laporte est parti, d’abord. On connaissait le remplaçant du candidat à la présidence de la Fédé depuis longtemps mais se passer du charismatique ancien sélectionneur des Bleus prend du temps. D’autant que Mourad Boudjellal a imposé cet été à Diego Dominguez, la présence de Marc Del Maso comme entraîneur des avants aux côtés de Jacques Delmas. Une mésentente qui aurait poussé Dominguez à présenter sa démission de manière informelle au président. La cohabitation a finalement passé le cap de l’été mais tangue plus que jamais en ce début de championnat. « Cela ne veut pas dire forcément que je vais virer les coaches, a ponctué Boudjellal après la défaite contre Brive. Je peux me virer moi-même. »