Marseille: Les règlements de compte en hausse depuis le début de l'année

sécurité Ils ont provoqué la mort de 21 personnes, contre 13 à la même époque l’an passé, mais le préfet de police assure que Marseille « n’est pas à feu et à sang »…

20 Minutes avec AFP
— 
Des enquêteurs sur la scène du crime, à Marseille, le 31 août 2016.
Des enquêteurs sur la scène du crime, à Marseille, le 31 août 2016. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Marseille «n'est pas à feu et à sang», a déclaré jeudi à l'AFP le préfet de police des Bouches-du-Rhône Laurent Nuñez, au lendemain de deux nouveaux homicides commis à Marseille et Marignane.

>> A lire aussi : Bouches-du-Rhône: Un homme abattu de plusieurs balles à Marignane

Ces deux homicides, qui ont eu lieu en moins de 24 heures, ont porté à sept le nombre de tués par balles en un mois dans la région. Au total depuis début 2016, 23 homicides de ce type ont eu lieu dans les Bouches-du-Rhône selon un décompte de l'AFP --tous n'étant pas forcément des règlements de compte liés au narcobanditisme.

«Les homicides en général baissent»

«Le nombre de réglements de comptes est en augmentation depuis le début de l'année, avec 21 morts contre 13 l'an dernier, mais les homicides en général baissent et Marseille n'est pas à feu et à sang», a du reste détaillé M. Nuñez lors de son interview à l'AFP.

Au total, la police a dénombré 29 homicides --pas uniquement commis pas balle-- sur le département depuis le début de l'année (incluant les 21 règlements de compte), contre 43 à la même période l'an passé.

«On continue à avoir de bons chiffres dans un contexte de menace terroriste, d'emploi des effectifs à la protection des citoyens, de sécurisation liée à l'Euro, puis aux festivités d'été, et maintenant à la rentrée scolaire», assure Laurent Nuñez.

>> A lire aussi : Bouches-du-Rhône: La baisse de la délinquance sert-elle l'attractivité économique?

42 réseaux de stupéfiants démantelés

Le préfet de police souligne aussi la baisse importante des violences, notamment les vols avec violence en baisse de 9% et les vols à main armée en baisse de 30% par rapport à l'année dernière.

Concernant les règlements de compte, «on lutte contre la cause, qui reste le trafic de stupéfiants». Dans ce cadre, 42 réseaux ont été démantelés «de la tête aux pieds» par la police judiciaire et la sécurité publique, a salué Laurent Nuñez.