Ecoles de Marseille : Après la polémique, la mairie pare au plus pressé avant la rentrée

EDUCATION Après la polémique sur la vétusté des écoles, réparations et rénovations ont rythmé l'été dans 250 établissements, certaines encore la veille de la rentrée…

Caroline Delabroy

— 

76 000 élèves de maternelle et de primaire vont faire leur rentrée à Marseille.
76 000 élèves de maternelle et de primaire vont faire leur rentrée à Marseille. — P.Magnien / 20 Minutes

De la fenêtre de sa classe, à la veille du jour J, il se demande perplexe si les constructions modulaires « seront prêtes » pour la rentrée scolaire. En lieu et place des préfabriqués insalubres, qui avaient valu à l’école Saint-Louis Consolat (15e) de figurer au tableau noir des établissements marseillais particulièrement vétustes, ces nouvelles installations doivent en effet accueillir trois classes.

« Encore une fois cela se fait à la marseillaise au dernier moment, se désole cet enseignant de l’école située dans les quartiers nord. Il y a de la boue partout, on va commencer dans les cailloux et la poussière alors qu’ils avaient deux mois pour faire les travaux ! ». Les tables et les chaises ? Il est prévu que tout soit installé jeudi à 7 heures, le matin même de la rentrée…

>> A lire aussi : Marseille: «Tout sera prêt pour la rentrée» assure Jean-Claude Gaudin

«On n’a aucune information sur un calendrier »

En bas de la cité de la Castellane, la maternelle Saint-André Barnier (15e) a enfin retrouvé le dortoir qui lui manquait pour pouvoir faire dormir toutes les petites sections. Pendant les vacances, les problèmes d’infiltration ont semble-t-il été réglés : un nouveau carrelage recouvre le sol. Reste que cette enseignante, membre du collectif des écoles de la Castellane, ne cache pas une pointe de déception. Pour les autres travaux demandés, notamment la réfection de fenêtres qui ne s’ouvrent pas, des infiltrations d’eau dans le plafond ou encore la réparation de l’alarme qui ne fonctionne pas toujours selon elle, il va falloir encore attendre.

« En juillet, on nous a demandé de vider une salle qui doit être rénovée en raison des moisissures, rien n’a été fait, poursuit-elle. On a laissé tout dans le couloir, qu’est-ce qu’on fait ? On n’a aucune information sur un calendrier ». Ici, comme dans d’autres écoles marseillaises, la mairie a manifestement paré au plus urgent.

400 interventions durant l'été

Durant les vacances scolaires, près de 400 interventions ont été programmées dans près de 250 écoles marseillaises (la ville en compte 444 au total). A Jean Perrin (15e), où Charlotte Magri avait lancé son cri d’alarme à la ministre de l’Education nationale, les travaux ont porté sur les fenêtres, la réfection des sols et des murs et l’installation d’une rampe d’accès pour personnes handicapées. La mairie s’est vue attribuer 5 millions d’euros de l’Etat pour tous ces aménagements, et d’autres à venir, qui se sont ajoutés aux 36 millions d’investissement et de fonctionnement prévus dans le budget 2016 de la ville.

>> A lire aussi : Marseille: Jean-Claude Gaudin fait son mea culpa sur les écoles

Et après ?

A la veille de la rentrée, les associations de parents d’élèves qui avaient pointé du doigt les écoles délabrées se montraient néanmoins prudentes : « On ne sait pas trop ce qu’il en est des travaux, on attend la rentrée pour voir de nos yeux ce qui a changé », a expliqué à l’AFP Séverine Gil, du Mouvement des parents d’élèves (MEP13). Même sentiment côté syndical.

« On ne va pas non plus remercier pour ces travaux, ils ne font sous la contrainte que ce qu’ils auraient dû faire depuis des années », estime Pascal Pons (CGT) qui entend rester attentif au plan de rénovations à plus long terme. A Saint-Louis Consolat, les préfabriqués détruits cet été ne devaient être que temporaires. Ils sont restés 40 ans.

>> A lire aussi : Marseille: Une enseignante des quartiers Nord dénonce la présence d'amiante dans son école