Dans une rame de TER de PACA
Dans une rame de TER de PACA — Amandine Rancoule / 20 Minutes

TRANSPORT

PACA: Les usagers du TER auront bientôt leur application pour signaler tous les trains en retard

La SNCF supprime des trains par manque de conducteurs...

Les usagers du TER en PACA vont devoir faire preuve une nouvelle fois de patience. La SNCF a décidé en effet de supprimer des trains sur certaines lignes parce qu’elle manque de conducteurs. Près de 7 % des trains sont ainsi supprimés en semaine et 4 % le week-end jusqu’au 6 novembre. Ces trains seront remplacés par des cars. La SNCF invoque des difficultés à trouver du personnel à cause de la « réforme des retraites » et des « exigences de formation » des conducteurs de train.

Cette nouvelle défaillance de l’opérateur a fait réagir Christian Estrosi qui vient d’écrire au président de la SNCF, Guillaume Pepy. Le président (LR) de la région PACA juge ses suppressions « intolérables pour les usagers » et demande à l’entreprise de « proposer sans tarder un dédommagement à la hauteur du préjudice subi ». « Enfin, j’exige un engagement formel de votre part afin que le service de transport soit rétabli à la normale dans les plus brefs délais et, au plus tard le 6 novembre, comme annoncé », conclut-il.

Problèmes récurrents

Du côté des usagers, Gilles Marcel, secrétaire de l’association Nos TER PACA, est consterné par les motifs invoqués par la SNCF. « Malheureusement, ils semblent tout à fait réels, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est très surprenant, déclare-t-il. La formation du personnel, ça s’organise. Et les départs à la retraite, ça s’anticipe. Dans n’importe quelle entreprise, tout le monde connaît ce genre de situation ».

Depuis des années, les retards ou annulations de TER sont récurrents dans la région à cause notamment d’infrastructures vieillissantes et mal adaptées. En 2015, 18 % des trains ont affiché un retard et 4 % d’entre eux ont été supprimés. En janvier dernier, Guillaume Pepy est venu signer un protocole d’accord à l’Hôtel de région dans lequel l’entreprise s’engageait notamment à diminuer les retards et améliorer les infrastructures.

A lire : La Région veut améliorer la qualité de service sur le réseau TER

Une « convergence de points de vue »

Mais visiblement, cela n’a pas suffi. Christian Estrosi a poursuivi son offensive contre la SNCF en faisant adopter, en juin, le financement d’une étude « pour le développement de solutions de déplacements alternatives au train ». En clair, la région souhaite remplacer les trains défaillants par des cars. Trois mois plus tard, même si les raisons invoquées ne sont pas les mêmes, la SNCF supprime bien des trains pour les remplacer par des cars…

C’est ce qui fait penser à Gilles Marcel qu’il existe, au final, une « convergence de points de vue » entre la SNCF et la région PACA : « S’ils veulent supprimer l’offre ferroviaire, qu’ils nous le disent franchement et qu’on en discute. Mais qu’ils ne le fassent pas en catimini », soupire-t-il. Il y a quelques mois, l’association Nos TER PACA a mis au point un site sur lequel les usagers peuvent signaler les retards et annulations sur l’ensemble du réseau. Plus de 70 contributeurs y participent régulièrement.

A lire : La région tire à boulets rouges sur le TER

Une base de données

Grâce aux données récoltées, l’association est capable de proposer une cartographie des réclamations sur les tronçons ferroviaires. Sans surprise, elles se concentrent sur les lignes les plus fréquentées : Aix-Marseille, Miramas-Marseille et Toulon-Marseille. Plus de 75 % de ces réclamations sont liées à la « fiabilité », c’est-à-dire les retards ou les annulations. On y apprend aussi que 60 % des contributeurs se plaignent du manque de places - et donc de trains.

Mais l’association veut aller plus loin dans le recueil des doléances des utilisateurs du TER. Dans quelques semaines, elle proposera un nouvel outil : une application qui permettra aux voyageurs d’enregistrer leur signalement en temps réel. Ces nouvelles informations grossiront et complèteront la base de données déjà existante.

« J’espère qu’avec ça, on pourra enfin discuter avec l’opérateur, conclu Gilles Marcel. Quand on lui demande pourquoi tel train était en retard, il trouve toujours une justification. Mais on n’attend pas de la SNCF qu’elle se justifie en permanence. On attend qu’elle fasse en sorte qu’on ne reste plus planter pendant une heure à attendre son train ». L’application, qui sera disponible sur Androïd, Windows phone et iOS d’Apple, devrait être lancée le 19 septembre.