Marseille: La production du rosé en baisse à cause de la sécheresse

ECONOMIE Les vendanges ont démarré il y a quelques jours un peu partout en Provence...

afp

— 

Les vendanges ont débuté.
Les vendanges ont débuté. — Elodie La Maou AFPTV

Les vendanges ont démarré en Provence et devraient s’étendre jusqu’à fin septembre, voire début octobre. Du côté de Lambesc, Didier Pauriol, président du Syndicat des vins de coteaux d’Aix-en-Provence, a commencé à ramasser son raisin la semaine dernière dans ses parcelles les plus précoces. Principal constat : la production a diminué par rapport à l’année dernière à cause de la météo.

« On n’a pas eu de pluie depuis le mois d’avril, observe-t-il. Les raisins sont là. Ils sont sains mais ils n’ont pas jus ». Résultat, la production de la cave coopérative du Roy René devrait être « moyenne » cette année. Pour autant, le vigneron reste optimiste sur la qualité du millésime : « Les années sèches sont les meilleures années » pour faire du bon vin, assure-t-il.

A lire : Après la bière, la glace, le Pastis... Voici les bonbons au rosé

Souplesse et équilibre

A Pierrefeu, dans le Var, Alain Baccino vient de démarrer lui aussi ses vendanges sur son domaine de 60 hectares de vignes, exclusivement bio. L’exploitant, également président du Conseil interprofessionnel des vins de Provence, fait le même constat que son collègue des Bouches-du-Rhône : l’absence de pluie cet été a porté préjudice aux volumes. « Les grains sont plus concentrés. Il y a moins coulage », constate-t-il.

Si le raisin est moins juteux, le rosé de Provence 2016 sera quand même bon, affirme-t-il : « Les premiers moûts que nous avons goûtés sont de bonne qualité, avec beaucoup de souplesse, un bon équilibre (…) et un fruit très prononcé (…), reprend Alain Baccino. Il faut simplement espérer qu’il n’y ait pas trop de concentration ».

A lire : La canicule présage une récolte un peu en baisse dans le Bordelais

Ailleurs en France

En 2014, la production de rosé avait atteint des sommets avec 1.329.000 hectolitres de vin, soit environ 177 millions de bouteilles. L’année suivante, malgré de bonnes conditions météorologiques, elle avait légèrement diminué avec 1.275.000 hectolitres récoltés pour les appellations de Provence. Cette année, la production devrait donc encore baisser. Cette baisse des volumes ne concerne pas que la Provence.

Dans le Bordelais, la canicule des dernières semaines pourrait entraîner une baisse des volumes de 10 %. En Champagne, frappée par plusieurs jours de gel au printemps, la baisse de production serait d’un tiers. En Bourgogne, le recul atteindrait 20 %, et en Charente environ 16 %, à cause de la grêle et du gel. Résultat, la production totale française de vins atteindrait 42,9 millions d’hectolitres en 2016 contre 47,8 millions en 2015.