Bouches-du-Rhône : Les incendies ont blessé 33 personnes et détruit 25 immeubles

FAITS DIVERS La préfecture de région a présenté le bilan officiel des importants incendies qui ont éclaté le 10 août près de Marseille...

A.I. avec AFP

— 

Durant la nuit du 13 et 14 juillet un feu de foret tres important sur la commune de Chateauneuf-les-Martigues, les flammes ont parcouru 150 hectares de pinede et de pins maritimes. Plus de 280 pompiers et 80 engins ont ete envoyes sur place. (Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse) ont lutte contre l'incendie toute la nuit.
Durant la nuit du 13 et 14 juillet un feu de foret tres important sur la commune de Chateauneuf-les-Martigues, les flammes ont parcouru 150 hectares de pinede et de pins maritimes. Plus de 280 pompiers et 80 engins ont ete envoyes sur place. (Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse) ont lutte contre l'incendie toute la nuit. — LILIAN AUFFRET/SIPA

Concernant l’origine des incendies, « l’enquête judiciaire était en cours » sans « élément sur l’évolution du dossier » a indiqué Yves Rousset. Le préfet à l’égalité des chances, qui avait coordonné les opérations de secours lorsque d’importants incendies ont éclaté le 10 août près de Marseille, en a présenté un bilan officiel jeudi : 33 personnes ont été blessées, plus de 3.000 hectares incendiés et 25 immeubles détruits.

Vingt pompiers blessés

« Aucun événement grave n’est à déplorer concernant les personnes, a indiqué le préfet. Il y a eu 33 blessés : 3 personnes civiles, 20 pompiers et 10 policiers, qui ont souffert d’indisposition au monoxyde de carbone. »

Le préfet a fait état de « dégâts matériels importants mais limités au regard de l’ampleur de l’incendie » avec « 25 immeubles détruits dont un groupe scolaire à Vitrolles et un lycée aux Pennes-Mirabeau, des bâtiments municipaux, des entreprises des véhicules ». Le coût total des destructions n’a pas encore été évalué.

L’incendie n’est pas terminé

« L’incendie n’est pas totalement terminé. Des brûlots se rallument, il y a eu 20 nouveaux départs de feu sur le site de l’incendie dans la nuit de samedi à dimanche. Aujourd’hui encore, il y a des racines qui se consument et sont susceptibles de faire repartir un incendie », a précisé Yves Rousset.

>> A lire aussi: Une aide « exceptionnelle » d’un million pour les communes incendiées

Il a annoncé la mise en place, dès septembre, « d’un dispositif fondé sur la pédagogie » mais aussi « des mesures contraignantes pour se substituer et faire le travail à leur frais », des propriétaires qui ne respectent pas l’obligation de débroussaillement.