Marseille: Aides ouvre un lieu gratuit et anonyme autour de la santé sexuelle

SANTÉ Le « Spot » accueille tous les publics…

A.R.
— 
Le spot a été inauguré mercredi.
Le spot a été inauguré mercredi. — A.R

C’est le premier de France. Un centre gratuit d’information, de dépistages et de diagnostics (CeGIDD) piloté par Aides est ouvert à Marseille, pour tous les publics. Il propose des dépistages du VIH et des IST, des traitements préventifs, d’urgence, des vaccinations contre les hépatites A et B et une écoute sans préjugés.

« A Marseille, il manque beaucoup de lieux comme celui-là, estime le docteur Patrick Padovani, adjoint au maire chargé de l’hygiène, de la santé et du handicap. Le VIH est désormais une maladie chronique mais on ne prendra jamais en charge une personne qui a le VIH comme une personne diabétique. Les porteurs du VIH sont discriminés. »

Paca est la 2e région de France métropolitaine la plus touchée par le VIH

L’objectif du « Spot » est aussi de réduire de façon drastique le nombre de nouvelles contaminations et d’inverser la courbe de l’épidémie dans la région. Car Paca est la 2e région de France métropolitaine la plus touchée par l’épidémie avec un taux de découverte de séropositivité de 109 par millions d’habitants en 2014, selon le Crips. « 60 % des personnes contaminées sont homosexuelles, contre 45 % en France, souligne Céline Offerle, la directrice du Crips Paca. C’est le seul groupe de personnes à connaître une progression exponentielle. Nous sommes aussi une région dans laquelle on dépiste beaucoup est plus on dépiste plus on trouve de positivité ».

« L’épidémie reste très active auprès des homosexuels masculins, 17 à 20 % des homosexuels hommes sont contaminés. Cette probabilité est énorme par rapport au reste de la population, souligne Hervé Richaud, le coordinateur d’Aides Marseille. Les pratiques sexuelles anales sont aussi plus contaminantes que la fellation ou la pénétration vaginale ».

« L’accompagnement communautaire »

D’où l’importance d’un « accompagnement communautaire » pour les personnes se rendant au Spot. « La construction dans une hétéronorme peut bloquer une sexualité différente de la norme chez par exemple une personne homosexuelle qui va donc mettre plus de temps à assumer ses orientations et pratiques sexuelles, explique Patrick Rovera, accompagnateur communautaire chez Aides. Je vais pouvoir échanger avec cette personne sans jugement et sans discours moralisateur. »

Jeudi, un deuxième CeGIDD sera inauguré à Paris. Nice est aussi sur la liste. « Cela serait bien, dans la région, les deux foyers épidémiologiques sont les Alpes-Maritimes set les Bouches-du-Rhône », précise Céline Offerle

*Au 3, boulevard Longchamp (1er). Ouvert le mardi de 16 heures à 19 h 30, le jeudi de 18 heures à 21 h 30, le vendredi et le samedi de 15 heures à 18 h 30. 04 91 14 05 15.