La Ciotat: Qui pour exploiter la grande forme?

ÉCONOMIE L’exploitant devrait être connu mercredi, l’entreprise Compositeworks est inquiète…

A.R.

— 

Marseille 08 AVRIL 2016 L'entreprise Compositeworks veut se développer

Marseille 08 AVRIL 2016 L'entreprise Compositeworks veut se développer — Amandine Rancoule / 20 Minutes

La décision devrait tomber ce mercredi après-midi. La Semidep, l’organisme public de gestion des chantiers navals de La Ciotat pour le compte du Conseil départemental, doit annoncer le résultat de l’appel à projet de la Grande forme, en travaux depuis un an. L’appel à projet vise à développer l’activité dans le domaine de la réparation et de la maintenance des grands yachts de plus de 80 mètres.

Une rumeur persistance attribue son exploitation pendant trois ans à la société allemande Blohm & Vost. De quoi donner de sueurs froides à Compositeworks, présente sur le site depuis 18 ans et également candidate à l’exploitation de la grande forme.

« Stopper notre politique d’investissements »

L’entreprise revendique la place de numéro 2 mondial dans le refit de megayachts, avec un chiffre d’affaires de 43 millions d’euros en 2015. Mais elle est confrontée à un manque de place sur le site de La Ciotat et compte bien sur la gestion de la grande forme pour s’agrandir. Cette année, elle a dû délocaliser des chantiers à Marseille et à la Seyne, la grande forme étant en travaux.

>> L'entreprise de «refit» Compositeworks cherche à se développer

« Nous utilisons cet outil en exclusivité depuis 10 ans, explique Ben Mennem, le président fondateur de l’entreprise. Si la Semidep nous ampute de ce site, nous serons contraints d’envisager des licenciements et de stopper notre politique d’investissements, ce qui aura aussi des répercussions sur nos 250 sous-traitants ».

« Ce qui se fait de mieux au monde en matière de refit de yachts »

« Nous disposons dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres de ce qui se fait de mieux au monde en matière de refit et de réparation de yachts », souligne de son côté Laurent Falaize, le président de Riviera Yachting Network.

Le réseau rassemble 90 entreprises de la filière régionale. « Les plus beaux yachts au monde viennent faire leurs escales techniques dans notre région, reconnaissant le savoir-faire de nos chantiers. Il faut absolument que la priorité soit donnée à des entreprises régionales, pourquoi chercher à faire avec d’autres ce que nos entreprises font excellemment bien ? » s’interroge-t-il.

Le CE veut une annulation de l’appel à projets

« Nous sommes dans l’incompréhension, pourquoi l’attribuer à une société étrangère ?, s’interroge un membre du CE de CompositeWorks. Il n’y aurait peut-être pas de licenciements directs mais cela serait un frein au développement de l’entreprise ».

Les 102 salariés devraient se réunir ce mercredi pour décider d’éventuelles actions. Une pétition en ligne « mobilisons-nous pour sauver nos emplois à la Ciotat » compte plus de 1.200 signatures. Reçue mardi par le cabinet du maire de la Ciotat, Patrick Boré, également président de la Semidep, une délégation de salariés a demandé l’annulation ou le report de l’appel d’offres. En vain pour le moment.