Le site de la Sainte-Victoire
Le site de la Sainte-Victoire — M.D

COLLECTIVITES

Aix-Marseille: Le retard de la métropole inquiète jusqu'à la Sainte-Victoire

Les agents de ce Grand Site de France ont lancé une pétition...

La mise en place de la métropole Aix-Marseille Provence avec six mois de retard commence à avoir un impact sur les différentes structures qui sont censées l’intégrer. Les 24 agents du Grand site Saint-Victoire, par exemple, sont plongés dans « l’incertitude » depuis le début de l’année et s’inquiètent pour l’avenir de leur établissement.

Créé au lendemain du grand incendie de 1989 par 14 communes, le syndicat mixte a pour mission notamment de prévenir les feux de forêts et d’entretenir le patrimoine paysager et culturel qui accueille chaque année un million de visiteurs. Celui-ci a obtenu en 2004 le label Grand Site de France délivré par le ministère de l’Environnement.

A lire : «La métropole ne doit pas servir qu'à construire des places et des trottoirs»

Rien de tangible depuis six mois

Mais après 27 ans d’existence, le Grand Site Saint-Victoire s’interroge sur sa pérennité. Jusqu’à présent, la structure était financée principalement par le conseil départemental à hauteur de 600.000 à 700.000 euros par an – sur un budget de fonctionnement de 1,4 million d’euros. Or, celui-ci « se désengage progressivement ». Le syndicat doit être en effet dissout à la fin de l’année et son activité prise en charge par la métropole.

« Le problème, c’est qu’on n’a aucun signe tangible depuis six mois, s’inquiète Maxime Dodemant, responsable financier du syndicat mixte. Et on n’a aucun élu, ni de directeur général des services, pour répondre à nos questions ». Les agents du Grand Site ont peur aussi pour leurs emplois. Trois d’entre eux ont déjà été supprimés « ou mis en attente de façon anticipée ». « Et pour les autres, on ne sait pas si les postes seront rattachés à la métropole ou si les agents seront mutés dans d’autres services », reprend Maxime Dodemant.

A lire : La métropole attire de loin mais repousse de près

Le technopôle de l’Arbois s’inquiète aussi

« Nous ne remettons pas en cause notre intégration à la métropole, ajoute-t-il. Mais elle va devoir trouver les moyens de pérenniser notre fonctionnement. Or, nous savons qu’il existe d’autres priorités comme les transports ou le développement économique. Que l’on en fasse moins en matière d’environnement, on s’en doute un peu. Mais qu’on ne fasse rien, c’est impensable ». Pour sensibiliser les élus de la métropole, les agents du syndicat mixte ont donc mis en ligne une pétition pour « éviter un nouvel incendie » sur le site Saint-Victoire.

Le Grand Site n’est pas la seule structure à s’inquiéter du retard pris par la métropole. Le syndicat mixte de l’Arbois, financé lui aussi par plusieurs collectivités locales, doit disparaître et passé sous son giron. Le président du Technopôle, Jean-Marc Perrin, s’inquiète lui aussi pour son avenir. Le préfet des Bouches-du-Rhône, Stéphane Bouillon, est venu le rassurer la semaine dernière en prolongeant d’un an la durée de vie du syndicat mixte « afin que l’harmonisation se fasse en souplesse », selon La Provence.