Marseille: Jean-Moundir, roi de la vanne sur twitter, publie le «livre le plus drôle du monde»

INTERNET Romain Faure-Geors, alias Jean-Moundir, publie un recueil de ses meilleurs tweets...

M.P.

— 

Jean Moundir
Jean Moundir — Mickaël Penverne / 20 Minutes

Sur son profil Twitter, il est écrit : « Si j’étais toi je me suivrais. Enfin, je me suivrais pas toi mais moi, tu me suis ? » Accompagné d’une tête de chat parce que « sur Internet, les chats, ça marche bien ». Sauf que ce chat en nœud papillon sourit bizarrement. « C’est normal, je lui ai collé la dentition de Didier Deschamps… » Romain Faure-Geors est un humoriste 2.0. Il vanne, il chambre, il détourne mais pas sur scène, ni sur YouTube. Sur Twitter, en 140 signes.

En 2013, le magazine Glamour l’a élu numéro un des « Twittos drôles ». Cette année, il a été désigné par l’Obs comme l’un des « pros des réseaux sociaux qui affolent Twitter ». Agé de 36 ans, le Marseillais, qui se fait appeler Jean-Moundir (en référence à l’un des participants de Koh Lanta) ou @supermegadrivin, est un spécialiste de la « punchline » suivi aujourd’hui par plus de 100 000 abonnés et auteur désormais du Livre le plus drôle du monde (après celui de Valérie Trierweiler) qui offre une sélection de ses meilleures vannes.

Le livre le plus drôle du monde (après celui de Valérie Trierweiler)

 

 

 

 

 

Punchy et efficace

Romain Faure-Geors s’est inscrit sur le réseau social en 2010, sans rien y faire pendant un an. Et puis, il s’est mis à balancer des jeux de mots : sur l’actualité, la vie quotidienne, le petit écran, le showbiz, la politique… L’exercice est difficile puisqu'il nécessite de faire mouche en moins de 140 signes, en restant dans le bon timing, ni trop tôt, ni trop tard. « Dès que je chope une idée, je la décline, je laisse mûrir un peu, et puis j’envoie. Il faut que ce soit punchy et efficace ». Et cela donne cela, par exemple…

Chroniques sur France Inter

A force de tweets humoristiques (il en a plus de 42 000 à son compteur), Jean-Moundir a fini par se faire remarquer par les humoristes, ceux dont c’est le métier. Une des chroniqueuses de France Inter l’a appelé après les attentats de Paris en novembre 2015 pour l’aider à trouver un nouveau souffle. Il travaille désormais avec elle deux ou trois fois par semaine. « Elle me donne le thème de sa chronique le matin. Je lui envoie des vannes avant la fin de l’après-midi », explique-t-il.

Romain Faure-Geors ne vit pas encore de ses blagues sur Twitter. Il préfère d’ailleurs rester discret sur sa profession pour éviter les « raccourcis » et les « amalgames » : « Mon responsable d’équipe est au courant de ce que je fais. Simplement, au lieu d’aller fumer une clope, je tweete ». Mais depuis quelques semaines, et la parution de son livre, quelque chose a changé. D'autres humoristes ou chroniqueurs le courtisent, et il est invité sur les plateaux télé comme une star des réseaux sociaux. 

Mais l’homme aux 100 000 abonnés tente de garder les pieds sur terre. « Cela met un peu de beurre dans les épinards et cela me donne un peu de confiance en moi. Pour autant, je n’ai pas envie de tout chambouler. Ma routine me convient bien avec ma femme et ma fille. Et puis, il faut relativiser. Je m’intéresse à plein de choses mais au final, je sais aussi que je ne vais jamais au fond des choses ». Twitter, quoi.