Euro 2016: Le flou demeure autour des retransmissions de matchs sur les terrasses des bars

POLÉMIQUE La ville recommande aux bars de ne pas installer des écrans à l'extérieur...

A.R.

— 

Le 21 mai pendant le match OM/PSG.  AFP PHOTO / BERTRAND LANGLOIS
Le 21 mai pendant le match OM/PSG. AFP PHOTO / BERTRAND LANGLOIS — AFP

Il a déjà prévu le coup depuis des semaines. Le patron des pubs « Queen Victoria », du « Little Temple » et du « O’Malley », sur le Vieux-Port, est un professionnel des événements festifs. Pour l’Euro, Christophe a embauché un service d’ordre privé, une entreprise de nettoyage nocturne, commandé 200.000 gobelets en plastique et acheté spécialement des téléviseurs. Alors, quoiqu’il arrive, pour lui, la fête se jouera aussi en terrasse, dans « une ville de soleil où les clients vont forcément aller à l’extérieur ».

« Comme d’habitude, je vais mettre mes écrans à l’extérieur et servir mes clients »

Car il y a deux jours, il a reçu une lettre de recommandation de la ville. Envoyée aux cafetiers du Vieux-Port et du Vélodrome, elle proscrit notamment l’installation de télévisions en terrasse. De quoi faire grincer des dents à seulement quatre jours du début de l’événement.

« Qui peut m’empêcher de travailler ? Comme d’habitude, je vais mettre mes écrans à l’extérieur et servir mes clients, assure Christophe. On a fait des investissements pour assurer pendant un mois, pris des contacts avec des tour-opérateurs et tout mon personnel est mobilisé. On se frappe six mois de travaux sur le Vieux Port et au moment où il faut travailler, on nous explique que ce n’est pas possible, enrage-t-il. Je paye des droits terrasses alors si je prends des amendes, je les contesterai en justice ».

>> Marseille: Avec les travaux du Vieux-Port, les commerçants sont inquiets pour la fréquentation

« Ce n’est pas "tolérance zéro" »

« Des contrôles pourront être faits mais je ne sais pas par qui, ni le montant de la contravention, souligne Marie-Louise Lota, l’adjointe au maire de Marseille chargée des emplacements publics. Ce n’est pas "tolérance zéro", c’est une recommandation, précise encore l’élue signataire du courrier. On ne peut pas se permettre de mettre en balance la sécurité des personnes. A Marseille, on a toujours fait n’importe quoi mais il faut demander des autorisations et là nous sommes en état d’urgence ».

Selon elle, cette recommandation s’appuie sur des directives d’une circulaire interministérielle datant du 22 février. Elle stipule « que les zones grands écrans ne pourront être organisées sur l’espace public ouvert, mais dans des espaces clos et dont l’accès sera contrôlé ». Mais cette directive s’adresserait en réalité aux communes souhaitant organiser des retransmissions de matchs réunissant des centaines de personnes, hors fan-zone.

« C’est aussi une demande de la préfecture de police », avance l’élue. Il a été simplement demandé d’éviter « des grands attroupements », souligné de son côté la préfecture de police. A priori, rien à voir avec les bars…