Marseille: Bientôt un nouveau bâtiment à Paoli Calmettes pour les malades du cancer

SANTÉ Dédié à l’hématologie, il devrait ouvrir dans deux ans…

A.R.

— 

L'Institut Paoli Calmettes
L'Institut Paoli Calmettes — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

L’institut Paoli Calmettes (IPC), le centre de cancérologie de la région, s’agrandit. Mardi, la première pierre de l’IPC 4, dédié à l’hématologie, a été posée. L’ouverture du bâtiment de quatre étages est prévue au 1er trimestre 2018.

Son coût est de 39 millions d’euros. Il est financé en partie par le conseil départemental à hauteur de 15 millions d’euros et l’ARS avec 2 millions. Deux entreprises sont également mécènes. L’IPC emprunte 15 millions d’euros et « lance un appel à la générosité des particuliers et des entreprises ».

« Un confort hôtelier amélioré »

Le bâtiment de 12.512 m comportera 60 chambres individuelles. « Toutes bénéficieront d’une qualité de traitement de l’air similaire à celle d’un bloc opératoire, précise l’IPC. La vocation du bâtiment est d’optimiser la prise en charge des patients d’hématologie dans des locaux adaptés aux standards de soins les plus pointus et les plus sûrs avec un confort hôtelier amélioré »

>> A lire aussi : Une clinique-hôtel pour la cancérologie

​ En 2015 déjà, l’institut s’était agrandi sur le même principe avec un troisième bâtiment de 11.000 m2, baptisé IPC 3. L’unité accueille un hôpital de jour de 53 « places » (chambres ou boxes individuels), onze blocs opératoires et un service de réanimation et de soins continus de 20 lits.

« Des taux de guérison de 60 % à 75 % »

Le nouveau bâtiment regroupera les prises en charge des cancers hématologiques incluant les greffes et les leucémies aiguës. Les « cancers hématologiques » ou « hémopathies » représentent environ 5 % des cancers.

« Ils se développent aux dépens des cellules de la moelle osseuse, du sang, et de ce que l’on appelle les "organes lymphoïdes", ganglions essentiellement, souligne l’IPC dans un communiqué. Autrefois maladies à très sombre pronostic, les cancers hématologiques enregistrent aujourd’hui des taux de guérison de 60 % à 75 % ».

L’année dernière, l’IPC a pris en charge 1 319 patients. Près de 80 % des patients de la région atteints d’hémopathies sont soignés à l’IPC.