Marseille: Une maison de retraite ciblée par des incendies

FAITS DIVERS Le Soleil du Roucas Blanc a enregistré une vingtaine de départs de feu en deux jours...

M.P.

— 

Devant la résidence.
Devant la résidence. — Bertrand Langlois

Qui en veut à la maison de retraite Le Soleil du Roucas Blanc ? L’établissement, situé sur les hauteurs du 7e arrondissement, a été la cible à deux jours d’intervalle de plusieurs incendies volontaires. Mardi vers 11 heures, les marins-pompiers de Marseille sont appelés pour un premier départ de feu dans une chambre de la maison de retraite. Mais à leur arrivée sur les lieux, ils se retrouvent confrontés à plusieurs mises à feu, à différents endroits.

Le bataillon est donc obligé d’envoyer des renforts : une vingtaine d’engins et une soixantaine d’hommes sont mobilisés. Les départs de feu sont rapidement maîtrisés et l’ensemble des résidents et du personnel, soit 144 personnes, sont mis en sécurité. Bilan de cette première journée : un employé de 35 ans a été légèrement intoxiqué par les fumées, deux chambres détruites à 100 % et neuf autres dégradés.

Rebelote le lendemain

Après l'intervention, treize pensionnaires sont évacués vers des établissements du groupe DomusVi, à qui appartient la résidence. L’enquête, de son côté, débute à peine. Les policiers recueillent un premier témoignage : deux individus auraient été vus en train de prendre la fuite après les mises à feu. Mais pour l'instant, la piste s'arrête là.

Le lendemain, nouvelle alerte au feu. Il est environ 9 heures quand les marins-pompiers interviennent à la maison de retraite. Cette fois, ils doivent faire face à six départs de feu dans des chambres, des bureaux ou encore la buanderie. Le bataillon déploie sur place 55 hommes et femmes, et 17 engins. Les incendies sont rapidement maîtrisés et l’ensemble du personnel et des résidents sont mis en sécurité.

Mardi matin dans la maison de retraite.
Mardi matin dans la maison de retraite. - Mot Quentin Chevrieux / BMPM

Au total, six chambres, une buanderie et un bureau ont été endommagés par ces débuts de sinistre. Et trois membres du personnel ont été légèrement brûlés aux mains. Au total, une vingtaine de départs de feu ont été enregistrés dans l’enceinte de la maison de retraite, en seulement deux jours. Le parquet de Marseille a ouvert une enquête pour « incendies volontaires » qu’il a confiée à la Sûreté départementale.

Sécurité renforcée

Pendant que la police municipale sécurisait les abords de la résidence, les enquêteurs de la police scientifique réalisaient mercredi matin des prélèvements pour tenter d’éclaircir le mystère. Au même moment, la direction du groupe DomusVi, Julien Ruas, l’adjoint au maire chargé de la gestion des risques urbains, et la commission de sécurité se réunissaient pour évoquer le sort des résidents.

Plusieurs d’entre eux ont été transférés vers d’autres établissements du groupe à Marseille et dans sa région, « où la continuité des soins sera assurée », assure la direction dans un communiqué. Il ne reste plus que 70 pensionnaires dans la résidence. Pour assurer leur sécurité, six agents de sécurité incendie et 14 agents de sécurité ont été déployés autour et à l’intérieur de l’établissement. Un système de télésurveillance sera également installé.