OM: Johan Cruyff aurait pu remplacer Bielsa (mais Labrune a préféré Michel)

FOOTBALL Le club marseillais a de très gros problèmes de communication...

C.L.

— 

Johan Cruyff, le 10 septembre 2014, à Amsterdam.
Johan Cruyff, le 10 septembre 2014, à Amsterdam. — Koen van Weel / ANP / AFP

Non, définitivement, « impossible n’est pas marseillais ». Après la déception Zidane, qui aurait un temps été attendu à la Commanderie après la démission de Marcelo Bielsa, voici le mirage Cruyff. D’après France Football, la légende néerlandaise, décédée le 24 mars 2016, a été proposé à Vincent Labrune l’été dernier. Un agent, Karim Aklil, aurait évoqué avec Todd Beane, responsable de la  Cruyff Fondation et gendre de Johan Cruyff, la possibilité de faire venir le batave à Marseille.

Labrune se justifie

« Il y avait deux options, raconte Beane. Travailler sur l’équipe première en apportant une structure de management ou alors intervenir sur l’ensemble du club pour aider à un projet de structuration et de développement des différents niveaux, à la manière de ce que Johan a pu faire à Barcelone quand il est revenu en tant que coach à la fin des années 1980. Mais pour notre part, nous n’avons pas été en contact direct avec l’OM. »

Non, car dans le club marseillais, la communication n’est pas une spécialité maison. Karim Aklil, ne parvenant pas à joindre Vincent Labrune, a contacté Stéphane Courbis, l’agent de Steve Mandanda. C’est là que la possibilité Cruyff se noie dans un imbroglio d’échanges sybillins. Pour Aklil, le président s’est rétracté, car il « avait déjà trop avancé avec Michel », qui a l’avantage d’être «  de mèche avec Doyen Sports », ponctue l’agent. Pour Labrune, « cette histoire a duré une dizaine de secondes. J’ai demandé à Stéphane (Courbis) de quoi il s’agissait, se justifie le patron olympien. Comme il n’a pas su me répondre, on en est restés là. » Et l’Espagnol s’est assis sur le banc.