Marseille: Une nouvelle trajectoire aérienne évite l'Estaque

QUARTIERS La nouvelle ligne prioritaire passe au dessus de la mer...

A.R.

— 

Un avion Air France. Photo d'Illustration. Patrice MAGNIEN / 20 MINUTES
Un avion Air France. Photo d'Illustration. Patrice MAGNIEN / 20 MINUTES — Patrice MAGNIEN / 20 MINUTES

Ils se battent depuis plus de 15 ans pour stopper le survol de leurs maisons. Depuis 1997, les habitants de l’Estaque (16e) voient passer au-dessus de leurs têtes des dizaines d’avions en approche de l’aéroport Marseille Provence, soit près de 12.000 appareils par an. Aujourd’hui, la trajectoire de survol par la mer est devenue la ligne prioritaire.

>> A lire aussi : Il ne fait plus planer les riverains

Une trajectoire satellitaire

« Les pilotes ont désormais la trajectoire indiquée par satellite sur leur tableau de bord, explique Henry Jibrayel (PS), le député des quartiers Nord. Air France et Ryanair sont équipés et savent le faire. Les pilotes ont le droit de refuser cette ligne et de survoler 20.000 personnes. L’aéroport va effectuer un travail auprès des pilotes pour qu’ils prennent cette ligne ».

>> A lire aussi : L'aviation civile entend les habitants de l'estaque

Selon lui, cette trajectoire satellitaire va permettre de diminuer 90 % des nuisances aériennes pour les habitants de l’Estaque. Ceux du Riaux seront toujours survolés.

« Cette ligne va se mettre en place progressivement : nous n’allons pas avoir du jour au lendemain plus aucun survol, précise Christian Apercé, membre du comité d’intérêt de quartier (CIQ) des Hauts de l’Estaque. Mais je suis confiant même si je reste vigilant ».

Une ligne alternative en 2014

Car en 2014, une trajectoire alternative a déjà été adoptée : elle passait un peu plus au large et devait résorber 30 à 40 % des nuisances sonores. Mais la manœuvre ne pouvait s’effectuer qu’à certaines conditions météorologiques, seulement à la faveur d’un vent nord très léger.

>> A lire aussi : Le bruit survole encore l'Estaque

​Les contrôleurs aériens n’ayant aucune idée de la vitesse du vent sur le massif de la Nerthe, ils demandaient aux pilotes d’emprunter la ligne la plus sûre, à savoir celle au-dessus des maisons.