OM: On a essayé de comprendre le classement des tribunes de Ligue 1

FOOTBALL L'Olympique de Marseille est neuvième, vraiment?...

C.L.

— 

L'entrée des joueurs au Stade Vélodrome le 7 mai 2016.
L'entrée des joueurs au Stade Vélodrome le 7 mai 2016. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Treizième de Ligue 1 en termes sportifs, l’Olympique de Marseille est neuvième au championnat de France des tribunes. Devant lui, l’OL, le PSG et Guingamp, qui tiennent le podium, mais aussi Angers, Caen ou Rennes. Surprenant, pour des supporters marseillais dont on ne cesse de vanter le dévouement ? En effet. D’autant que la saison passée, ère de la folie Bielsa et d’un vélodrome plein, l’OM était encore plus mal classé (13e). 20 Minutes a tenté de saisir pourquoi.

Pour établir son classement, la Ligue prend quatre critères en compte : l’ambiance, la fidélité, l’engagement et l’animation proposée par le club.

A noter : les deux derniers critères ont été introduits pour la saison 2015-2016 et les malus accordés auparavant en cas d’incidents, ont été retirés des calculs.

1 - L’ambiance : Le Vélodrome moins chaud que le Parc des Princes

« Le critère "Ambiance et Animations dans les Stades" évalue la capacité du public à jouer lors des rencontres à domicile le rôle de "12ème homme" », explique le site de la LFP, qui ajoute que « les notes sont attribuées par deux journalistes présents en tribune de presse. » Ceux-ci sont désignés à chaque match par le syndic de presse. Ils attribuent entre 0 et 3 points, selon leur opinion. Une note subjective, donc.

Des chèvres en cartons dans le virage sud du Stade Vélodrome le 10 avril 2016
Des chèvres en cartons dans le virage sud du Stade Vélodrome le 10 avril 2016 - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

L’OM a récolté 54 points cette saison pour l’ambiance. Seuls Bordeaux et Monaco font pire cette saison. C’est deux fois moins que Guingamp, Nantes et Bastia. Même le très sage Parc des Princes obtient 59 points.

Evidemment, les quatre huis clos partiels n’ont pas aidé à réchauffer l’atmosphère, déjà plombée par des résultats en berne. Quand on regarde les matchs dans le détail, deux écopent d’un zéro pointé. OM-Rennes, jour de grève des supporters avait valu un 5-2 aux Olympiens. OM-Nantes s’était joué sans les virages, sanctionnés après les incidents de la réception de Bordeaux.

2- La fidélité : Trop de places tue la moyenne

La fidélité correspond au taux de remplissage des stades. Les points sont donc attribués de manière mathématique : (Nombre spectateurs total - Nombre visiteurs)/(Capacité totale du stade - Capacité zone visiteurs maximale).

Tout en étant deuxième en affluence (42.000 personnes en moyenne), l’OM est 10e au classement de la fidélité car le Vélodrome peut accueillir 65.000 personnes.

Quid des déplacements non comptabilisés ? « C’est un choix, se défend la Ligue, qui permet de ne pas dépendre des interdictions de déplacements. »

3- L’engagement : Les réseaux sociaux vus par la Ligue

L’engagement correspond à l’implication des supporters sur les réseaux sociaux. Pourquoi pas. Sauf que le seul endroit du web observé est la page Facebook de la Ligue 1. C’est même un post précis (un différent chaque semaine) de cette page Facebook.

Exemple :

La page de la Ligue est aimée par 2 millions de personnes. Un beau chiffre, à des années-lumière des masses de fan drainées par les clubs sur Facebook, Twitter ou Instagram. A titre d’exemple, la page Facebook du PSG compte à elle seule 25 millions de fans. Sur Twitter, avant chaque match, un hashtag (mot-dièse) est aussi lancé (#OMSPG #OMOL…) et les « Team » des clubs se répondent souvent. « Le mécanisme est plus simple sur notre page Facebook, argue la LFP, et plus équitable aussi. »

A ce petit jeu de likes, l’OM est premier, deux points devant Lyon. Paris est 15 points derrière.

4 - L’animation : Marseille rame avec les familles

« Ce critère évalue les animations organisées à destination des nouveaux publics que sont les familles, les femmes et les jeunes », estime la LFP. Là c’est l’hécatombe. Seul Rennes (36 points) l’OL et Caen, sortent du lot. L’OM en a 0 et le PSG 2.

Pour Lionel Maltese, professeur en management du sport, deux types de fans sont exclus du Vélodrome : le supporter « social », qui vient en famille ou entre amis et le supporter connaisseur, qui veut du contenu multimédia, là où l’OL excelle, par exemple.

Un Bagad au Roazhon Park de Rennes
Un Bagad au Roazhon Park de Rennes - Stade Rennais

Que voit-on au Vélodrome ? Une femme armée d’un pistolet à tee-shirt, tire des polos en tribune Ganay avant le coup d’envoi. Deux jeunes jouent le match sur console au même moment et les minots des clubs locaux s’affrontent dans des séances de tirs au but à la mi-temps, pour l’essentiel.

Au Roazhon Park de Rennes, un village animation est monté sur le parvis chaque semaine, trois heures avant le match. « Les joueurs entrent par là, sur un tapis rouge, les gens adorent, se félicite Julien Boucher, responsable de l’animation. Contre Guingamp, ce sont des parachutistes qui ont amené le ballon. » Pour les derbys bretons, des Bagad se produisent et les étudiants du coin s’affrontent dans des quizz. Le Stade Rennais veut faire du match « une expérience », nous explique le Stadium Manager, Karim Houari. L’OM n’est pas encore prêt, apparemment.