Marseille: Un été compliqué s'annonce pour les marins-pompiers

SOCIETE Près de 850 hommes pourront être mobilisés en juin...

M.P.
— 
Crédit photo: BMPM/ Damien Hilt
Crédit photo: BMPM/ Damien Hilt — Marins-pompiers de Marseille

Plus d’une centaine d’hommes du bataillon de marins-pompiers de Marseille (BMPM) ont participé la semaine dernière à un exercice de feux de forêt. Ils ont simulé pendant plusieurs heures un incendie majeur sur les hauteurs du mont Saint-Cyr, à quelques kilomètres du centre-ville, avec un vent modéré de 40 km/h. Plus de 50 véhicules, dont des Canadairs, ont été mobilisés dans cette ultime opération de coordination des moyens avant le début de la saison estivale.

Le bataillon est intervenu sur près de 900 départs de feux de végétation en 2015. Une saison « relativement calme », selon le capitaine de corvette François Le Duff, obtenue grâce au dispositif désormais rodé du BMPM, au travail de prévention (débroussaillement obligatoire, aménagement du massif, limitation d’accès…) mais aussi à l’alourdissement des peines infligées aux pyromanes (de 10 ans à 15 ans d’emprisonnement).

Soleil, vent et foot

Sur les quatre premiers mois de l’année 2016, le BMPM a déjà dénombré 118 incendies mais « pour le moment, il n’y a pas d’inquiétude particulière » pour l’été qui vient, ajoute le capitaine de corvette. En fonction des conditions météorologiques, jusqu’à 160 militaires, équipés d’une centaine d’engins dont deux hélicoptères bombardiers d’eau, pourront être mobilisés sur le dispositif feux de forêts.

Cette année, la situation est inédite pour le BMPM qui va être confronté à une triple pression : les incendies de forêts, les « risques courants » dans la ville (incendie d’appartements, accidents routiers, violences à personne…), et à l’Euro 2016 de football avec ses milliers de supporteurs à gérer et le risque d’attentat. Sur les 2.400 militaires qui composent le bataillon, 850 seront mobilisés en juin, dont environ 280-300 uniquement pour la compétition sportive.

Exercice à Nîmes

Les congés ont donc été renvoyés et les astreintes prolongées. Les jours de match, les marins-pompiers seront déployés principalement autour du stade Vélodrome et de la Fan-Zone, sur la plage du Prado, qui pourra accueillir jusqu’à 80.000 personnes. « On a déjà connu cette situation en 1998 » pour la Coupe du monde de foot en France, explique François Le Duff qui assure que les moyens ont été « renforcés ». Même si à l’époque, le risque d’attentat n’était pas aussi élevé.

« On essaye de prévoir, de s’y préparer, souligne le capitaine de corvette. Les hommes ont reçu des formations spécifiques, de traitement des blessures d’urgence et de bombes sales ». Le BMPM a participé mi-mars à un exercice à l’Ecole nationale de police à Nîmes. Plus de 70 services ou directions appartenant à quatre ministères différents (Défense, Intérieur, Justice et Santé), soit plus de 700 hommes, avaient été mobilisés pour cette simulation menée sous les yeux de Bernard Cazeneuve.