Le moustique-tigre est présent dans le Bas-Rhin à Schiltigheim, Bischheim et dans le quartier de Neudorf à Strasbourg. Désormais, il n'y a pratiquement aucune chance de l'éradiquer du département.
Le moustique-tigre est présent dans le Bas-Rhin à Schiltigheim, Bischheim et dans le quartier de Neudorf à Strasbourg. Désormais, il n'y a pratiquement aucune chance de l'éradiquer du département. — LODI FRANCK/SIPA

MOUSTIQUE TIGRE

Paca: «Nous ne sommes pas inquiets» concernant une épidémie du virus Zika

En activité du 1er mai au 30 novembre, le moustique tigre, vecteur de la Dengue, du Chikungunya et du Zika, vient de se réveiller…

Le moustique tigre, vecteur de la Dengue, du Chikungunya et vecteur secondaire derrière le moustique Aedes aegypti du Zika, vient de se réveiller de ses cinq mois de diapause.

Pendant la période d’activité, du 1er mai au 30 novembre, le plan ministériel anti-dissémination de la Dengue, du Chikungunya et du Zika en métropole prévoit un dispositif de surveillance renforcée de tous les cas suspects pour des patients revenant de pays ou ces virus circulent.

Les départementsclassé en niveau 1 du plan national anti dissémination
Les départementsclassé en niveau 1 du plan national anti dissémination - EID

28 cas de virus Zika depuis le début de l’année

Dans la région, il y a eu trois cas de Chikungunya et onze de Dengue depuis le 1er janvier. Tous importés. Les symptômes de la Dengue et du Chikungunya se caractérisent par des douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête, une fièvre et de la fatigue.

>> A lire aussi : Cinq idées reçues à écraser sur le moustique-tigre

Pour le virus Zika, outre le moustique, il existe également un risque de transmission sexuelle. Le virus, asymptomatique dans la grande majorité des cas, se manifeste par des éruptions cutanées et peut entraîner des cas de microcéphalie chez le fœtus et des syndromes neurologiques graves comme le syndrome de Guillain-Barré.

En Paca, l’agence régionale de la santé (ARS) a recensé 28 cas de virus Zika depuis le début de l’année, et 5 depuis le 1er mai.

Au total, 22 cas suspects de Dengue, de Chikungunya et de Zika ont été signalés à l’ARS depuis le 1er mai.

« Un dispositif de démoustication »

« Nous ne sommes pas inquiets par rapport à l’hypothèse d’une épidémie, estime Samer Aboukais, médecin dans le service de veille sanitaire de l’ARS Paca. Il n’y a aucun cas autochtone, c’est-à-dire un cas qui n’a pas voyagé dans les régions où l’épidémie sévit. De plus, à chaque cas suspect,l’EID Méditerranée prospecte autour des déplacements du cas suspect et si des moustiques tigres sont découverts, un dispositif de démoustication est organisé ». En 2014, quatre cas autochtones de Dengue ont été recensés dans la région. Aucun l’an dernier.

Mercredi, l’organisation mondiale de la santé (OMS) a jugé « faible à modéré » le risque d’une propagation du virus Zika en Europe.

>> A lire aussi : «Le problème, c’est qu’on désinsectise en urgence et mal»

Comment se protéger ?

Les moustiques tigres constituent une menace pour la santé de la population dans tous les départements de la région sauf les Hautes-Alpes. L’agence régionale de la santé (ARS) recommande ainsi d’éliminer les points où l’eau peut stagner pour empêcher les gîtes larvaires dans un rayon de 100 à 200 mètres.

>> Provence: La traque au moustique-tigre continue

Il est aussi conseillé d’imprégner les tissus et vêtements avec des insecticides destinés à cet usage. La peau doit aussi être protégée avec des répulsifs cutanés adaptés. Les moustiques développent une résistance aux insecticides classiques.